Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

DEPECHES SPÉCIALISÉES

Recherches et Applications Neurofeedback
Troubles Dissociatifs

Tous les articles, documents ou publications mentionnées dans ce site sont fournis seulement à titre indicatif. Il n’y a absolument aucune approbation de toute déclaration faite dans ces documents.

Documents de Recherche

Traitement des troubles dissociatifs de l'identité avec Neurotherapie et groupe d'exploration
par Manchester FC Ph.D., BA T Allen, KH Tachiki Ph.D.

L'efficacité de l'intégration des techniques de Neurofeedback avec auto-exploration interne, a été évaluée comme une procédure pour le traitement du trouble dissociatif de l'identité (DID). Ces procédures ont employé une modification de la procédure l'alpha / theta neurofeedback décrite par Peniston et Kulkosky (1991). Onze sujets de sexe féminin possédant les critères du DSM-III-R (1987) du DID ont été soumises à 30 séances de neurofeedback et 10 séances de sessions de traitement en groupe. Les sujets ont répondu aux Millon Inventaire clinique multiaxial-II (Millon, 1987) et à l'échelle d'évaluation globale du fonctionnement (DSM-III-R, 1987) avant et après 30 séances de neurofeedback. De une à trois années après le traitement, les sujets ont compléteé le questionnaire Échelle d'expérience dissociative (Bernstein et Putnam 1986) pour évaluer l'efficacité à long terme du traitement.

Motifs anormaux de QEEG liés à la dissociation et la violence
Journal de Neurotherapy, Volume 3, numéro 2 avril 1999, pages 21-27

par JR Evans Ph.D.
lls comportements violents sont associés à preuves de lésions cérébrales / dysfonctionnement dans plusieurs études. Les lobes frontaux et l'hémisphère droit sont les sites corticaux les plus spécifiques le plus souvent en cause. En examinant les registres QEEG de 52 hommes reconnus coupables de crimes violents et / ou ayant des antécédents de violence, l'auteur a trouvé la plupart des anomalies dans ces zones. Cependant, les QEEG, d'un sous-ensemble de ces hommes racontant des histoires d'expériences de type dissociatif, ont été caractérisées par des anomalies spécifiques. Dans six cas, il y avait une anomalie de puissance excessive relative à la fréquence alpha sur les sites frontales. Ces hommes ont soit fortement nié avoir conscience qu'ils ont été engagés dans des comportements violents ou bien ils en avaient conscience, mais perçurent qu'ils étaient contrôlés par une force extérieure, par exemple, le diable.

À lire également