CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter


NEUROSCIENCES CLINIQUES APPLIQUEES PARIS ET COURBEVOIE AVEC UNE PSYCHOLOGUE CLINICIENNE

La neurostimulation : « Les Sons Binauraux »

Cette thérapie par neurostimulation est personnalisée et appliquée selon les profils et les besoins de soins.

Je suis Ruby Villar-Documet, Psychologue clinicienne d'orientation scientifique et psychothérapeute, j’exerce en consultation privée à Courbevoie près de ParisMon atout pour l’exercice, est une combinaison d'expertise scientifique et d’expérience clinique de plus de 25 ans.

Mon éventail d’expériences professionnelles dans des contextes qualifiés :

  • Hospitalier spécialisé (troubles psychiatriques).
  • Expertise psychologique (criminologie – troubles psychiques).
  • Enseignement universitaire (psychopathologies). 
  • Clinique et Recherche Cognitive spécialisée (cerveau humain, troubles psychiques, troubles neurodéveloppementaux et PsychoNeurothérapies en rapport : : phobie, émétophobie, autisme Asperger, TSA, hyperactivité ou TDAH, rééducation du cerveau...).

...Terrains d’action qui ont contribué largement au développement de mes solutions thérapeutiques. 

Mon approche thérapeutique en tant que psychologue clinicienne

Ma pratique se veut : humaine, déontologique, évolutive, efficace et avant-gardiste. Ma palette de solutions thérapeutique intègre : l’Hypnose, la Thérapie Psychique,  la Thérapie Cognitive Comportementale (TCC), la Thérapie Psychanalytique, la Thérapie Psycho-corporelle … ainsi qu’une approche dynamique, des Neurosciences Cliniques « La Neurothérapie par Neurofeedback Scientifique (QEEG) ».

 

La perception des sons binauraux

Les sons binauraux sont des sons très sinusoïdaux qui, écoutés au casque, tendent à synchroniser les deux hémisphères du cerveau. Le stimulus provoqué est perçu de façon spécifique.

Le sujet auditionnant des sons binauraux perçoit des ondes sonores à basse fréquence. Lorsque deux sons de basse fréquence sont présentés avec de légères variations de fréquence pour chaque oreille (mieux perçus à l'écoute au casque), le sujet entend des "battements".

Les travaux sur les sons binauraux ont généré de multiples recherches et ils sont utilisés notamment dans la détection de la maladie de Parkinson.

Les signaux binauraux furent observés pour la première fois par le scientifique allemand H.W. Dove en 1839. C'est cependant Le docteur Gérald Oster qui fut le premier en 1973 à mettre en évidence l'effet de ce type de sons sur les ondes corticales dans le contexte d'une recherche sur l'acuité auditive ; c'est également lui qui les a nommés « sons binauraux ».

 

Sons binauraux et cerveau

La différence de fréquence induit deux effets :

  • Tout d'abord, cette différence de fréquence est traitée au niveau des noyaux olivaires supérieurs de chaque hémisphère qui produisent alors des ondes cérébrales de même fréquence que la différence ; ces nouvelles ondes se propagent progressivement à partir de ces noyaux dans tout le cortex. Ainsi, par exemple pour faire produire des ondes alpha on fera écouter des sons qui diffèrent de 8 à 13 Hz, ce qui correspond à la fréquence des ondes alpha ; ce phénomène a été nommé par Atwater (1975) « réponse d'adoption de fréquence » (FFR, Frequency Following Response).
  • Ces sons binauraux permettent alors de synchroniser les deux hémisphères cérébraux (Foster, 1990), synchronisation qui induirait un état de bien-être, une amélioration de l'humeur, de meilleures performances attentionnelles et mnésiques, un traitement des émotions et une diminution de l'anxiété.

Les différentes ondes relatives aux sons binauraux


 



Musique relaxante sur fond de sons binauraux alpha



Such relaxing Piano music
par Paul Collier, 10 Minute relax 2 (inc alpha brainwaves)

 

Recherches sur les sons binauraux

Nous présentons ici différentes recherches effectuées sur les sons binauraux.