CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

Joseph Kamiya

Le Dr. Joseph Kamiya est le Pionnier par excellence du Neurofeedback, mais voyons avant tout le contexte dans lequel l’approche est née. …

En 1875, Richard Caton, médecin britannique, constata sur des animaux que l'activité électrique du cerveau était liée à l'activité mentale.

En 1924, Hans Berger, neuropsychiatre allemand inventeur de l’électroencéphalogramme, s’inspire de la démarche du physiologiste ukrainien Pravdich-Neminski, qui en utilisant un galvanomètre obtient la première image de l'activité électrique dans le cerveau d'un chien. Les travaux de Berger utilisent des techniques similaires : dans un premier temps, il soumet à la stimulation un patient possédant des fractures du crâne et mesure son activité cérébrale. Par la suite, il a abandonné la méthode de stimulation, et a commencé à mesurer l'activité cérébrale naturelle. Pour ce faire, il connecte un couple d'électrodes (petits disques ronds de métal) au cuir chevelu d'un patient utilisant un galvanomètre balistique ; il détecte ainsi un petit courant, découvrant alors l’activité « Alpha, Beta », fréquences sur lesquelles il argumente longuement. Berger enregistra ainsi le premier électroencéphalogramme humain. Il découvrira à la suite, la relation entre certaines activités mentales et les variations du signal électrique émis par le cerveau dans certaines bandes de fréquences. Il pensait déjà que certains signaux anormaux reflétaient des désordres cliniques.

En 1929, Berger commence à publier timidement ses premières études, pour enfin en 1931 (soit cinq ans après) publier les conclusions de son étude et sa découverte, dans la revue Archiv für Psychiatrie (Archives de psychiatrie).

Entre 1929 et 1938, Berger a publié 14 rapports sur ses études des EEG, dont une grande partie de nos connaissances modernes sur le sujet, en particulier dans les fréquences moyennes, est due à ses recherches. Berger a analysé les EEG qualitativement, mais en 1932 G. Dietsch a appliqué l’analyse mathématique de Fourier à sept enregistrements d'EEG, devenant ainsi le premier chercheur à utiliser ce qui s'appellera plus tard QEEG (EEG quantitatif).

Les publications de Berger sont regardées avec une certaine légèreté et ses techniques n'ont pas atteint un large consensus parmi les Psychologues jusqu'en 1937, quand ils ont reçu l'approbation du célèbre docteur Adrian Seigneur, qui s’est intéressé notamment aux ondes alpha. Cependant, l’intérêt pour le fonctionnement du cerveau et la fréquence Alpha s’est accru au début des années 60 et 70 avec la théorie des ondes cérébrales et la rééducation de ces dernières par un système de « régulation des fréquences » appelé le Biofeedback.

Deux chercheurs américains ont testé cette idée à travers diverses expériences : le Dr Joseph Kamiya de l’Université de Chicago et le Dr Barry Sterman de l'Université de Californie à Los Angeles…

 

joseph kamiyaEn 1958, Joseph Kamiya est Psychologue enseignant à l'Université de Chicago. Il a développé sa recherche sur « les fréquences des ondes cérébrales ». Son hypothèse : Les ondes cérébrales ne sont pas des états involontaires, mais elles peuvent être contrôlées par l’homme.

L’expérimentation clinique a été composée de deux phases.

Sur le terrain d’exploration, Joe Kamiya a commencé son expérience en attachant une électrode de détection sur le côté gauche de l'arrière de la tête du sujet - l'occipital gauche, où les ondes cérébrales alpha sont principalement localisées. Quand un son retentissait, le sujet devait dire s’il pensait qu’il était dans l’état « Alpha ». Joe Kamiya a guidé sa recherche par la lecture des informations découlant de l'EEG (électroencéphalographe) auquel le sujet était relié. Kamiya a renforcé l’apprentissage du sujet en lui indiquant : si la supposition que le sujet avait émise était « correcte » ou « fausse ».

Le premier sujet traité par Kamiya a été Richard Bach.
-    Dans la première partie, Kamiya entraînait ses volontaires à émettre des ondes Alpha (8 à 13 Hz). Il demandait aux sujets de garder les yeux fermés et quand un ton retentissait, le sujet devait dire s'il pensait qu'il était en « état alpha ». On l’informait à la suite s'il avait raison ou tort. 
Richard Bach, le premier sujet traité, a rapporté correctement 65% le deuxième jour des tests, et le quatrième jour a été capable de rapporter correctement et cela jusqu’à 100% du temps.

Pour la même expérience, d’autres sujets obtenaient initialement environ cinquante pour cent d’affirmations correctes, et avec les répétitions ils finissaient par développer la capacité de mieux distinguer entre les états. 

-    Dans la deuxième partie de l'étude, on a demandé aux sujets de passer en alpha lorsqu'une cloche sonnait une fois et de ne pas entrer dans l'état quand la cloche sonnait deux fois. Encore une fois quelques sujets ont pu entrer dans l'état sur commande. Les états alpha étaient liés à la relaxation, et l'entraînement alpha avait la possibilité de soulager le stress et les conditions liées au stress.

Les résultats de cette étude confirmaient bien la capacité d’un individu à contrôler ses propres ondes cérébrales. Il a donc été établi que les gens pouvaient contrôler les ondes cérébrales qui avaient été considérées comme des états involontaires.

Le Dr Joe Kamiya venait ainsi de découvrir pour la première fois, en 1962, que l’être humain pouvait contrôler volontairement ses propres ondes cérébrales s’il recevait un retour à chaque essai, le signalement du le type d’onde cérébrale qu'il avait produit. Ce fut le début du biofeedback des ondes cérébrales. Psychology Today a fait un article sur Kamiya en 1968 et le terrain thérapetique a explosé.....

Quelque temps plus tard, Martin Theodore Orne (professeur autrichien de Psychiatrie et Psychologie à l’université de Pennsylvanie) en compagnie d'autres collègues de son groupe de travail ont contesté l'affirmation selon laquelle le biofeedback alpha impliquait en réalité la formation d'un individu pour réguler volontairement l'activité des ondes cérébrales. 

… James V Hard* et Joseph Kamiya, alors à l’Institut Neuro-Psychiatrique Langley Porter de l’Université de San Francisco, ont publié un article scientifique soutenant et argumentant le bien fondé des traitements par Biofeedback.

Les traitements par Neurofeedback ou le Biofeedback EEG dans le monde se sont développés sous l'impulsion de Joseph Kamiya, plus précisément grâce à ses travaux sur le rythme alpha.

Joseph Kamiya https://www.youtube.com/watch?v=oNPRyAW30xg

 

« À la mémoire : Joe Kamiya, PhD

Publié dans https://sleepresearchsociety.org/in-memoriam-joe-kamiya-phd/

 Joe Kamiya est décédé paisiblement dans son sommeil le 3 juillet 2021, environ un mois avant son 96e anniversaire. Joe, un Américain d'origine asiatique, a grandi en Californie. Adolescent, il n'a pas pu terminer ses études secondaires car en 1942, au début de la guerre entre les États-Unis et le Japon, tous les Californiens d'origine japonaise ont été contraints de se rendre dans l'un des dix camps de réinstallation. 

Joe n'a jamais manqué une occasion de raconter cette histoire, une histoire qui a contribué à façonner qui il est devenu. 

Il a finalement pu obtenir son diplôme après la levée des restrictions militaires, obtenant ensuite un baccalauréat en philosophie, protection sociale et psychologie en 1948 et un doctorat en psychologie en 1954, tous deux obtenus à l'UC Berkeley. 

Son premier poste était celui d'instructeur au département de psychologie de l'Université de Chicago. Son bureau se trouvait en face du laboratoire du sommeil du professeur Nathaniel Kleitman. Le Dr Kleitman venait tout juste de prendre sa retraite et il a autorisé Joe à utiliser son laboratoire pour ses propres recherches. Le Dr Bill Dement, alors étudiant en médecine et assistant dans le laboratoire, a enseigné à Joe l'EEG, notamment comment fixer des électrodes et comment identifier les différentes étapes du sommeil. 

Joe a commencé à étudier les indicateurs physiologiques du sommeil et du rêve et a découvert que les mouvements oculaires du sommeil paradoxal étaient les plus intéressants. Sa première publication était un chapitre sur les aspects comportementaux, subjectifs et physiologiques de la somnolence et du sommeil.

Quelques années plus tard, Joe a rejoint l'UCSF où il est resté jusqu'à sa retraite en 1992. Et où il est devenu le « père du biofeedback », lançant une toute nouvelle discipline clinique et de recherche. 

Peu de temps après leur arrivée à San Francisco, vers 1962 ou 1963, les chercheurs sur le sommeil se sont réunis pour former une organisation avec Joe comme secrétaire-trésorier du groupe. Il n'y avait pas d'autres officiers, donc Joe était essentiellement l'équivalent du premier président de la Sleep Society. Il a été question de changer le nom de l'organisation de The Sleep Society à Association for the Psychophysiological Study of Sleep (APSS), mais Joe a noté que la plupart des gens se plaignaient de ne pas pouvoir inscrire un nom aussi long sur leurs chèques de cotisation. Cependant, en 1964, la Sleep Society est devenue l’APSS originale.

J'ai rencontré Joe en 1974 lorsqu'il m'a invité à devenir son étudiant diplômé à Langley Porter à l'UCSF. Joe était un homme calme, gentil et brillant. Il m'a beaucoup appris sur la recherche et sur la gentillesse envers les personnes avec qui nous travaillons. Il m'a laissé être indépendant, tout en me guidant. Ma première publication était avec lui et il m'a encouragé à élargir mes connaissances en psychophysiologie, mais à trouver un créneau qui pour moi est devenu le sommeil. Alors Joe et moi avons bouclé la boucle, lui commençant dans le sommeil et moi finissant dans le sommeil.

Joe laisse dans le deuil son épouse et collaboratrice de 50 ans, Joanne, 4 enfants, 6 petits-enfants et 1 arrière-petit-enfant. Il manquera beaucoup à tous ceux d’entre nous qui l’ont connu et à tous ceux qui ont été influencés, que ce soit en tant que chercheurs, cliniciens ou patients, par son travail fondateur.

Écrit par :
Sonia Ancoli-Israel, PhD,
Université de Californie, San Diego  »

TESTS PSYCHOLOGIQUES

symbole psy final