Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

DEPECHES SPÉCIALISÉES

40. NEUROSCIENCES

Comment le cerveau anticipe-t-il nos actions ?

Les neuroscientifiques de l'université de Georgetown sont parvenus à capturer l'activité cérébrale d'un individu en train d'anticiper une action.

Les expériences ont été menées à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) sur un groupe d'étudiants volontaires venus avec leurs CD préférés. Les scientifiques ont examiné les images cérébrales prises durant les blancs entre les chansons. Ils ont pu constater une activité particulière du cortex lors de ces phases alors que d'autres étudiants écoutant une musique pour la première fois ne présentaient pas d'activité comparable.

Chacun a déjà vécu cette expérience en écoutant de la musique ou en regardant un film. On ressent à l'avance la mélodie ou les paroles, parfois le rythme de la chanson nous envahit avant même que résonnent les premières notes.

"Retenir des séquences de chansons et les mémoriser permet de pouvoir les anticiper par la suite, mais personne n'avais jamais cherché à se documenter sur l'activité cérébrale induite pendant les blancs" explique Joseph Rauschecker, directeur du Program in Cognitive and Computational Sciences (PICCS) à l'université de Georgetown.

"Dans le cerveau tout est anticipation et prédiction cependant personne n'a jamais pu l'illustrer en termes d'action sur les neurones," ajoute Rauschecker.

On retrouve le même processus sous le nom d'apprentissage par association qui se met en place lorsque l'homme s'attend à ce qu'une action particulière se produise comme en sport, musique, ou lors d'une discussion.

"C'est comme cela qu'un skieur se prépare mentalement à affronter une piste qui lui est familière ou qu'un pianiste sait parfaitement où placer ses doigts sur le clavier"

Cela semble simple mais la réalité est bien plus complexe," Il n'est pas facile de stocker une séquence temporelle dans le cerveau, car le cerveau n'a pas de partie amovible comme un enregistreur de cassette ou un lecteur CD. La totalité du cerveau doit s'impliquer pour être prêt à exécuter une telle séquence"

Chez les étudiants connaissant l'ordre des chansons, les chercheurs ont identifié des signaux excitatifs traversant le cortex préfrontal jusqu'au cortex prémoteur. Il y a donc un lien qui s'établit entre le centre exécutif du cerveau (cortex préfrontal) et la zone qui prépare les actions du corps.

"Ces structures sont associés aux mécanismes de la pensée et de l'action, il semble que les séquences puissent y être stockées et apprises. Et ça nous ne l'avions pas anticipé !" confie Rauschecker.

Tous les animaux ont la capacité cognitive d'anticiper les activités motrices, c'est pourquoi un oiseau peut chanter. Mais les humains sont les animaux qui utilisent le plus l'associativité, ce qui explique le fait que notre cortex préfrontal soit si large.

G.A. Unisciences.com
05/03/2009