Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

DEPECHES SPÉCIALISÉES

LA PSYCHOPHYSIOLOGIE

Le mot psychophysiologie est un néologisme forgé sur les termes psychologie, comme étude des comportements et de la pensée, et physiologie, comme étude des lois du fonctionnement des organismes. La psychophysiologie se situe à l'interface de ces deux disciplines comme science des mécanismes et des lois physiologiques des comportements et de la pensée. Centrée sur l'explication objective, la psychophysiologie fait aujourd'hui partie des sciences cognitives.

Née au XIXe siècle, la psychophysiologie s'est structurée sur la mesure mécanique des comportements. On a étudié :

  • les rapports entre les émotions, la concentration ou la vigilance et la tension artérielle,
  • le rythme respiratoire ou cardiaque,
  • la stature et l'équilibre.

Mais c'est le développement de l'électronique qui a fourni les véritables moyens d'une exploration performante et rapide utilisant l'électricité biologique. La cybernétique d'après-guerre a simultanément fourni le cadre théorique et la discipline développée autour de l'électrophysiologie. La naissance de l'électro-encéphalographie dans les années 30, puis dans les années 60 son utilisation dans l'étude des potentiels évoqués, ont fourni des indices mesurables de la programmation endogène des comportements. On est littéralement entré dans la boîte noire, en balayant le béhaviorisme pour un cognitivisme objectif. Les possibilités de numérisation et le développement des analyses métaboliques ont permis l'émergence, vingt ans plus tard, de l'imagerie cérébrale. Elle s'applique non seulement à des aspects de localisations, mais aujourd'hui à une représentation psychophysiologique de phénomènes non morphologiques : imagerie fonctionnelle neurocognitive, représentations de relations, activités en réseaux. L'élargissement et la diffusion des moyens de calcul offrent par ailleurs des possibilités nouvelles, dans le cadre de la biostatistique, de la bio-informatique, de l'imagerie multimodalitaire, et de la modélisation biodynamique.


La psychophysiologie



Les objets d'étude ont d'abord été la conscience, la perception, les émotions et l'action. On a ensuite étudié les états de vigilance, l'action pharmacologique et les données de caractéristique individuelle et de personnalité biologique. Les problématiques dominantes actuelles sont celles des étapes de la cognition et de la mise en réseau des processus cognitifs.

La psychophysiologie adopte deux démarches. La première, d'ordre descriptif, repose sur la mise en évidence de corrélations ou "concomitants" :

  • variations de la résistance cutanée sous l'effet d'émotions,
  • modifications de potentiels cérébraux dans des tâches intellectuelles,
  • correspondance entre un état repérable du cerveau et les contenus de pensée ou du rêve,
  • modifications sensorielles au cours d'états de conscience modifiés,
  • phénomènes endocriniens reliés à des perturbations de l'humeur, etc.

La deuxième, d'ordre explicatif, vise à proposer un schéma causal du psychologique par le physiologique. Ceci est rarement un problème simple et la psychophysiologie s'attache à minimiser le risque réductionniste en ayant recours à des tableaux psychophysiologiques d'ensemble. Ceux-ci permettent la mise en évidence de lois d'organisation, appuyée sur des catégorisations et des typologies, en donnant une place croissante aux singularités des réactions individuelles et à l'utilisation de modèles formels accessibles à la vérification et à la réfutation. Il semble qu'il existe aujourd'hui un consensus selon lequel la psychophysiologie est l'étude des relations entre des faits psychologiques et physiologiques, mesurées dans l'organisme vivant, afin de mettre en évidence des lois d'organisation et de promouvoir la compréhension des relations entre les processus mentaux et les processus corporels qui les sous-tendent.