Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

DEPECHES SPÉCIALISÉES

16. NEUROLOGIE

Le cerveau décrypté.
Une première carte des connexions du cerveau humain vient d’être établie. Une véritable révolution dans le monde des neurosciences.

Les neuroscientifiques l’attendaient depuis longtemps : une première cartographie des connexions qui s’établissent dans le cortex cérébral a été dévoilé le premier juillet dans la revue Plos Biology. Le cortex cérébral, cette couche externe du cerveau qui contient une grande partie de la matière grise, joue un rôle fondamental dans le traitement de l’information. L’équipe américano-suisse qui a réalisé ces travaux a développé une nouvelle technique d’IRM plus sensible appelée imagerie par spectre de diffusion (DSI). Celle-ci leur a permis de déterminer où se situaient les autoroutes de l’information cérébrales là où la seule IRM, dite fonctionnelle, ne permettait que de détecter les zones activées par des tâches cognitives données.

De leur travail résulte un « connectome humain » (en référence au célèbre génome), une image en trois dimensions des fibres nerveuses qui connectent les neurones entre eux. Un ensemble de connexions particulièrement dense a été localisée dans la zone postérieure médiane du cerveau. Il a été baptisé « noyau de la connectivité cérébrale » car il pourrait jouer un rôle clé dans le fonctionnement des deux hémisphères. D’autre part les chercheurs ont observé une forte corrélation entre ces réseaux neuroniques et l’organisation structurelle de notre cerveau. Ils sont en effet parvenus à retrouver des résultats obtenus par une IRM fonctionnelle traditionnelle en appliquant à ces cartes neuronales des modèles informatiques d’analyse de réseau.

Les perspectives ouvertes par ces nouvelles avancées sont vertigineuses : mieux comprendre la naissance et le fonctionnement de certaine pathologies telles que l’autisme, l’épilepsie, la schizophrénie ou encore étudier le développement de maladies nerveuses dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson. Avec comme but ultime ce rêve : réussir à simuler intégralement le fonctionnement de notre cerveau.

Tristan Vey
Sciences et Avenir.com
10/07/2008