Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
Español (spanish formal Internacional)French (Fr)
THERAPIES
BIBLIOGRAPHIE
DEPECHES DE PRESSE
Precédent suivant
Inscription aux NewsLetters
Ruby Villar-Documet : Psychologue clinicienne et psychothérapeute

Imprimer

 

 

Articles cliniques

Article n°2 :

La Pédophilie

C'est une déviance du comportement sexuel et du choix objectal, c'est-à-dire une anomalie portant sur le stimulus de l'orgasme. Attirance sexuelle morbide de l'adulte pour les enfants.

Elle est de nature soit hétérosexuelle (entre deux individus de sexe différents), soit homosexuelle (entre deux individus de même sexe : masculin le plus souvent).

La pédophilie est une déviance sexuelle relative aux manipulations conscientes qui résultent d'un mélange de pulsions, de désirs plus ou moins valorisés, de culpabilité plus ou moins authentique, fondée, consciente ou refoulée.

Certaines formes de pédophilie relèvent plus de la compulsion que du libre arbitre, d'autres plus de l'ignorance que du mépris réel pour les enfants. Tandis que certains pédophiles sont réellement abstinents et stables, d'autres sont en lutte contre des pulsions anarchiques, tantôt abstinents, tantôt compulsifs, ils peuvent aussi évacuer leur tension coupable inconsciente sur les autres ou sur eux-mêmes.

Actuellement, la psychiatrie affirme que la pédophilie n'est pas une maladie, cependant, ceci n'exclut pas que d'autres maladies psychiques puissent venir se greffer à leur cas. Or, ces pathologies peuvent travestir le rapport entre le sujet et sa tendance et le priver de l'usage de sa conscience ou de sa volonté qu'il faut alors traiter en vue de lui rendre la capacité de s'autodéterminer de façon stable et volontaire. Certaines de ces pathologies de la conscience ou de la volonté sont issues d'un état psychotique.

Les actes sont la résultante d'une délibération intérieure qui évalue d'une part la tension engendrée par les pulsions (incontrôlables et inconscientes) qui se transforment en désirs (plus ou moins conscients ou valorisés), et d'autre part les facteurs qui freinent la réalisation concrète ou fantasmatique de ces désirs. Il résulte que tout désir peut être valorisé ou non.

Si les pulsions échappent totalement à notre conscience, elles sont par définition incontrôlables, il n'en est pas de même des désirs qui sont une expression possible, plus ou moins consciente de ces pulsions auxquelles les désirs et les fantasmes donnent une forme qui échappe au déterminisme grâce à l'incorporation de l'imagination, du rêve et de l'intelligence qui apportent un champ de liberté et de pouvoir liée à l'expérience humaine.


DEFINITION ANALYTIQUE DES COMPOSANTS DE LA PEDOPHILIE :

1.- Qu'est-ce qu'une pulsion ?

FREUD a étudié les pulsions dites «instinctuelles» et le refoulement qu'elles subissent par la censure morale. Il est d'usage de partager cette étude en 3 étapes :


Première Etape : caractérisée par le dualisme entre pulsions sexuelles d'une part, et pulsions du Moi ou d'auto conservation d'autre part. Cette dualité est une opposition entre les pulsions qui servent à la sauvegarde de l'individu et les pulsions qui assurent la conservation de l'espèce.
Les pulsions sexuelles, par leurs exigences, peuvent compromettre la sécurité du sujet, à l'intérieur de son milieu social. Un apport majeur de cette première élaboration est la notion d'étayage.
En effet, pulsions sexuelles et pulsions du Moi ne s'opposent pas d'emblée. Au début de la vie, elles s'étayent sur les fonctions d'auto-conservation, c'est à dire qu'elles empruntent à la fois la source et leur objet. La pulsion sexuelle se définissant par un certain mode particulier de satisfaction qui n'est qu'une espèce de bénéfice obtenu en plus. Une des conséquences importantes de cet étayage sur diverses fonctions du corps est la notion de pulsions sexuelles. Il n'y a ainsi qu'une sexualité, qu'une pulsion sexuelle, mais de l'enfance jusqu'à la phase oedipienne, les composants de cette pulsion peuvent fonctionner de manière autonome (complexe d'Oedipe pour les garçons et d'Electre pour les filles : ensemble organisé -et structurant- de désirs amoureux et hostiles que l'enfant éprouve à l'égard de ses parents).

Deuxième Etape : cette étape introduit la notion du narcissisme dans la théorie des pulsions. Si auparavant FREUD distinguait une satisfaction auto érotique et une satisfaction objectale, il introduit maintenant une autre modalité qui est l'investissement global du Moi par la libido (est la partie consciente, elle est responsable de la pensée, de la conscience de soi, de la prise de décision et du jugement).
Le narcissisme nous amène à considérer trois faits :
1- Un état totalement indifférencié (Moi- ça- Sujet- Monde extérieur).
2- La constitution d'une image unifiée du Soi par succession des auto érotismes et (ou) par intériorisation
d'une image de l'Autre.
3- Le retrait sur le Moi de la libido investissant les objets extérieurs (narcissisme secondaire).

Troisième Etape : l'opposition entre pulsions de vie et de mort. La pulsion de mort est postulée à la suite d'une remise en cause du principe de plaisir par la compulsion de répétition.
Il semble exister dans la vie psychique une tendance irrésistible à la répétition qui s'affirme sans tenir compte du principe de plaisir en se mettant au dessous de lui. La tendance à la répétition est une propriété générale des pulsions qui poussent l'organisme à reproduire, à rétablir un état antérieur auquel il avait dû renoncer. Le changement et le progrès seraient dus à l'action des facteurs extérieurs, des facteurs perturbants qui obligent l'organisme à sortir de cette inaction. Mais l'état antérieur à la vie étant inorganique, on peut dire que la pulsion tend à ramener l'organisme vers l'inorganique, ou encore, que la fin de toute vie est la mort. On en arrive ainsi à postuler aux racines de notre vie psychique une pulsion de mort. Mort à laquelle s'oppose une pulsion de vie (EROS) qui tend à organiser des formes de substances vivantes de plus en plus complexes et à les maintenir telles. Ces deux pulsions de vie et de mort peuvent se trouver unies dans des proportions variables et ces variations modifient de façon considérable le comportement du sujet.
Pulsions de vie et de mort sont toujours intriquées. Cette intrication tient à l'action propre d'EROS qui cherche toujours à assembler, à lier.
Lorsqu'il y a désintrication des pulsions, apparaît l'ambivalence amour/haine.
A la limite, on peut dire que deux conceptions existent. Dans la première conception pulsionnelle, la vie a son origine à l'intérieur de l'organisme et la pulsion est en quelque sorte à son service. Dans la deuxième, la vie a son origine dans un accident extérieur à l'organisme et les pulsions tendent au contraire à ramener cet organisme à un inorganique antérieur à la vie.
Selon FREUD, la mort serait le résultat proprement dit et le but de la vie. Ce n'est pas la mort qui est un accident, c'est la vie.


2.- Qu'est-ce que le Désir ?

Il est en relation avec le fantasme et naît de l'écart entre la demande et le besoin.
La première contribution de Sigmund Freud dans cette définition, c'est le fait de lier le désir aux éléments psychi-ques et organiques. Cette idée fut d'un intérêt théorique et médical majeur, refusant de considérer la sexualité humaine comme une réponse hormonale, sociale ou économique.

La deuxième contribution est sa théorie sur une sexualité progressive correspondant à l'évolution psychologique de l'être humain: phase orale, phase anale, phase phallique et stade génital adulte.
Freud considérait la libido comme une «énergie sexuelle qui traversait le psychisme», et le désir comme «une force dynamique qui régissait le psychisme» et le corps et qui prenait ses racines dans l'inconscient. Selon Freud, nos désirs sexuels sont maîtrisés grâce au mécanisme du refoulement ordonné par notre conscience. La jouissance immédiate tue le désir. Celui-ci ne peut naître que du refoulement de l'inconfort.

Selon Reich, la répression des pulsions sexuelles provoque la névrose et différentes maladies psychosomatiques, et le désir est une énergie sexuelle à libérer puisque l'orgasme permet l'apaisement des tensions musculaires et favorise une meilleure hygiène de vie.

Lacan (1960) reprendra les principes freudiens et affirmera que le désir est inconscient, le besoin profond "d'être aimé", mais, contrairement à Reich qui proposait une libération du désir, Lacan prétend que les interdits et les obstacles favorisent le désir. La contribution la plus importante de Lacan dans la psychologie demeure, selon certains médecins, sa formule : " il faut être soi-même pour accéder à un plein désir", rattachant ainsi au désir une dimension culturelle.

Carl Jung (1965) s'opposa à la théorie freudienne, n'incluit pas la notion de libido mais parle d'un élan vital d'ordre religieux et métaphysique (culturel). Ainsi, il nia les stades de développement élaborés par Freud et parla de l'animus (l'énergie masculine) et l'anima (l'énergie féminine). Cependant, il propose que se loge dans l'inconscient de la femme, l'animus, et dans celui de l'homme, l'anima. Pour la femme, l'animus demeure un potentiel et par sa rencontre avec l'homme, elle cherche en quelque sorte à actualiser sa partie masculine latente, non développée.


3.- Qu'est-ce la Culpabilité ?

C'est un ressenti consécutif à la transgression d'une règle, il est en rapport avec l'agressivité et la sexualité.
Le sentiment de culpabilité conduit le sujet à se punir affectivement ou symboliquement (comportement d'auto punition).

Freud s'est interrogé sur le sentiment de culpabilité à partir de deux situations cliniques, la névrose obsessionnel-le et la mélancolie. Pour lui, la culpabilité n'est ni bonne ni mauvaise, c'est la source qui l'alimente qui la rend destructive ou non.

Freud considère que la culpabilité à plusieurs sources :
a.- L'angoisse du Moi devant le Surmoi (l'autorité parentale intérieure). Double mouvement sado-masochiste : le Moi jouis de subir et le Surmoi jouit de punir.
b.- Le meurtre du père primitif («Totem et tabou»). La culpabilité apparaît sous forme d'angoisse de castration.
L'angoisse est ici la répétition fantasmée (puisque le père est mort) d'une angoisse suscitée par la menace
réelle que le père faisait peser sur les fils quand il voulait garder toutes les femmes pour lui.
c.- La civilisation, en ce qu'elle réprime les pulsions agressives.
d.- La pré maturation et l'état de détresse originaire, très prolongée chez l'enfant.

Le sentiment de culpabilit,é dit-il, est ambivalent, il peut être morbide et naître du refoulement mais aussi être sain, valable et moral, s'il est l'expression de ce «Je», qui est en nous un véritable pouvoir d'examen, de jugement. Il n'existe pas, pour Freud, de moyen direct de combattre la culpabilité. On peut seulement en faire progressivement un sentiment conscient.

Pour Carl Jung, la culpabilité est en rapport de soi vis-à-vis de soi, et du refus de s'accepter soi-même.

Pour sa part, Jacques Lacan affirme que la culpabilité n'est pas forcément liée à l'Oedipe, mais au désir et à la place qu'occupe le sujet dans l'ordre du signifiant de son désir. Lacan désigne la source la de la culpabilité lorsqu'il dit que le sujet se sent coupable toutes les fois où il en vient à «céder sur son désir».

Lacan met l'accent sur l'impossible plus que sur l'interdit, qui n'est qu'une défense contre l'impossible, car il est plus facile de se confronter à l'interdit que de reconnaître l'impossible. En fait la culpabilité a à voir avec l'impos-sible et non avec l'interdit (alors que le péché a à voir avec l'interdit en premier). Pour Lacan, la culpabilité est l'expression du manque, le « signifiant » de la finitude.

pédophilie déviance sexuelle

LE DIVAN : LA PRATIQUE PSYCHANALYTIQUE .

Serge André, dans son article "Signification de la Pédophilie" présenté à la Conférence de Lausanne (8/3/1999), nous raconte son expérience psychanalytique sur des individus qualifiés de pédophiles :
« La Psychanalyse demeure la seule expérience qui permet d'avoir accès non pas au psychisme, mais à l'inconscient, c'est-à-dire au désir le plus fondamental qui dirige la subjectivité d'un être.

Pour des raisons que j'ignore - et sur lesquelles je m'interroge toujours -il se fait que cette pratique m'a amené à recevoir régulièrement des demandes de sujets que le langage commun qualifierait de « pédophiles »

En effet, mes collègues psychanalystes ne reçoivent pas de pédophiles en analyse et je ne pense pas exagérer leur opinion en disant que, pour eux, recevoir un pédophile en analyse est une chose quasiment inconcevable. Ils prétendent - mais c'est aussi ce qu'ils disent en général des sujets pervers - que les pédophiles ne s'adressent pas au psychanalyste. Ils soutiennent ensuite que, si jamais ce cas se présentait, ce ne pourrait être qu'une «fausse demande» une tentative de manipulation du psychanalyste afin d'obtenir de celui-ci une forme d'acquiescement, voire de caution, fût-elle tacite, à leur particularité sexuelle.

Bref, par une sorte de raisonnement qui rappelle furieusement le fameux syllogisme du chaudron que Freud évoque dans la Traumdeutung, les psychanalystes considèrent, en général, qu'il est contre-indiqué d'ouvrir l'accès de l'expérience analytique au pédophile.

Je me souviens, par exemple, d'une analyse que, selon l'expression consacrée dans le jargon des psychanalystes, j'avais reprise «en second» (j'étais le deuxième analyste de ce patient). Il s'agissait d'un homme dont le cas était d'autant plus douloureux qu'étant encore peu avancé en âge, il pouvait légitimement espérer se construire une vie nouvelle ou tout au moins supportable, en se fondant sur les résultats d'une psychanalyse. Il avait déjà passé dix ans sur le divan d'un confrère sans qu'aucun des symptômes qui l'avaient amené à poser une demande d'analyse n'ait été modifié, sans que la moindre lumière n'ait pu éclairer la structure de son désir inconscient ni même mettre en place les éléments du montage de son fantasme. A l'en croire, son premier analyste était resté silencieux dix années durant. L'impasse complète dans laquelle sa première analyse s'était enlisée était rendue évidente par le fait que les trois rêves répétitifs que l'analysant avait apportés à son analyste au cours de ses premières séances, s'étaient reproduits, textuellement identiques, jusqu'au terme de cette première tentative.

Après quelques séances, je commençai à entendre distinctement à travers les paroles de cet homme comme des mots ou des bouts de phrase imprimés en italique dans un texte, les éléments d'une scène - à entendre au sens d'une scène théâtrale - dans laquelle un jeune garçon, aux cuisses musclées, serrées dans une culotte courte et trop étroite qui laissait sur la peau la marque-fétiche d'une ligne rouge, se faisait arracher violemment ses vêtements par un adulte tout-puissant qui le réduisait au silence d'une voix autoritaire. Dès le moment où je fis entendre ces éléments en retour à mon analysant, les choses se débloquèrent très vite.

Les deux symptômes principaux dont il nourrissait sa plainte apparente (l'impuissance sexuelle complète avec les femmes et l'impossibilité de supporter une relation avec une source quelconque d'autorité masculine) pouvaient, sinon se dénouer, tout au moins s'expliquer. Je passe sur la suite de cette analyse et sur son aboutissement, qui aient certes un exposé exhaustif. Deux ans après la fin de ce travail, l'occasion m'est donnée de discuter de la clinique de la pédophilie avec le collègue qui avait été le premier analyste de ce patient. A ma question de savoir pourquoi il n'avait jamais souligné l'importance du fantasme pédophile chez son ex-patient, il me répond avec grand étonnement : qu'il n'avait jamais pensé à cela ! Et puis, ajoute-t-il aussitôt, s'il avait dû s'en rendre compte à l'époque, il n'aurait certainement pas attiré l'attention de son patient sur ce point, mais aurait sans doute interrompu l'analyse car, dit-il, «il y a certaines choses qu'il vaut mieux ne pas savoir...»

Il y a certaines choses qu'il vaut mieux ne pas savoir...Je ne puis que manifester mon désaccord complet avec cet avis. Je suis persuadé, au contraire, qu'il vaut mieux, en tous les cas, savoir. Je ne dis pas que tout est bon à savoir. Loin de là ! Il y a du savoir qui fait mal. Il y a même - cela arrive - du savoir dont on ne peut que difficilement se relever (je pense, par exemple, au cas d'une jeune femme qui était venue en analyse parce qu'elle était littéralement ravagée par le fantasme d'avoir été ou d'être violée par son père, et qui fut amenée à découvrir en cours d'analyse que sa mère avait entretenu une relation incestueuse avec son propre père - le grand-père maternel de ma patiente -, de ses huit à ses vingt-trois ans, soit jusqu'à deux ans après la naissance de sa fille). Il n'empêche, je crois qu'il vaut quand même mieux savoir. C'est le principe du psychanalyste, comme c'est le principe d'Œdipe, non pas l'Œdipe du complexe, mais celui de la tragédie de Sophocle».


EST-CE QUE MARC DUTROUX EST PEDOPHILE ? (Affaire en Belgique)

L'affaire médiatique judiciaire qui a secoué et  passionné la Belgique pendant plusieurs mois - jugement Marc Dutroux , à été la source d'une grande confusion.

Les mots de «pédophile» , «pédophilies» et «réseau pédophile» ont été dans toutes les bouches. ...»

L'information journalistique dépasse parfois la pensée des journalistes et, «dans la chaleur des feux» les articles sensationnalistes à succession peuvent donner lieu à une vraie campagne de désinformation.
Il est pourtant évident qu'il n'y a ni identité, ni équivalence entre les faits qu'il a commis et la «pédophilie ».
Il ne faudra pas confondre le registre du crime sexuel avec celui de l'attraction sexuelle. Les faits reprochés à Dutroux n'ont rien à voir avec la signification de la pédophilie. Le pédophile a un amour électif des enfants (du registre platonique jusqu'à l'acte sexuel le plus cru, sachant que quand on parle d'enfant on désigne un jeune être qui n'a pas encore atteint la puberté.
«Marc Dutroux est sûrement un criminel, vraisemblablement un psychopathe, et peut-être un pervers sadique, mais certainement pas un pédophile... »

LIVRES ET REFERENCES TRAITANT DE LA PEDOPHILIE :

. ALLEGATIONS D'ABUS SEXUELS : Parole d'enfant, paroles d'adultes.
De Michel MANCIAUX et Dominique GIRODET.
Editions FLEURUS PSYCHO-PEDAGOGIE. En partenariat avec la Fondation de France.

. ENFANCES EN DANGER.
De Michel MANCIAUX et Marceline GABEL.
Editions FLEURUS PSYCHO-PEDAGOGIE. En partenariat avec la Fondation de France.

. LA PEDOPHILIE ou les maux d'enfants.
Nadine et Jean Marie GRAFEILLE.
Editions Ellipses - Collection Vivre et Comprendre.

. LA PEDOPHILIE.
Par la Fondation Scelles.
Editions Erès.

. VIOLENCE ET ABUS SEXUELS DANS LA FAMILLE
Une approche systémique et communicationnelle
De Reynaldo Perrone et Martine Nannini .
Editions E.S.F.


SITES INTERNET AU SUJET DES CRIMES CONTRE L'ENFANCE :

. Dignité humaine :
Découvrez les actions pour le droit à la dignité humaine en général et la lutte contre la pédophilie
en particulier.
Association - Dignité.org - Paris, France - Tous Publics.
Société, Vie pratique ... Avis de recherche : Personnes disparues.
Adresse : http://www.dignite.org/

. En lutte contre la pédophilie sur Internet :
Le projet MAPI (Mouvement anti-pédophilie sur Internet) vise à réfléchir à la situation, à sensibili-
ser et informer les utilisateurs, à mener une recherche juridique, technique et éthique, ainsi qu'à
trouver des solutions concrètes au problème de la pédophilie sur les réseaux.
Association - MAPI - Namur, Belgique - Tous Publics.
Adresse : http://www.info.fundp.ac.be/~mapi/mapi-fr.html

. Enfance en danger :
Trouvez un espace qui propose de l'aide et du soutien aux enfants victime d'inceste et/ou de mal-
traitance. De nombreuses ressources sont à votre disposition: définitions, adresses, bibliographie,
témoignages, et un coin pour les parents.
Association - Enfance en danger - Langres, France - Tous Publics.
Société, Vie pratique : Famille : Maltraitance (12)
Adresse : http://www.ifrance.com/enfance-en-danger/

. Ensemble pour nos Enfants :
Ce portail vise la prévention, l'information et la communication pour l'enfance et contre la maltrai-
tance, particulièrement la pédophilie.
Association - Ensemble pour nos Enfants - Clermont, France - Ados/Adultes.
Adresse : http://www.pour-nos-enfants.com/

. Fondation Scelles :
La Fondation Scelles entend agir pour le respect de la dignité humaine en luttant contre l'exploi-
tation sexuelle sous toutes ses formes. La lutte contre la prostitution, le trafic des êtres humains,
le tourisme sexuel, la pornographie et la pédophilie est le cheval de bataille de cette asssociation.
Elle a ouvert en 1995 le Centre de Recherches Internationales et de Documentation
sur l'Exploitation Sexuelle.
Association - Fondation Scelles - Paris, France - Tous Publics.
Société, Vie pratique ... France : Ile-de-France (38)
Adresse : http://www.fondationscelles.org/

. Justice pour Kalinka :
Cette association lutte pour obtenir l'arrestation et l'extradition du beau-père de la jeune Kalinka,
soupçonné du meurtre de celle-ci en 1982, et un véritable procès définitif.
Association - Justice pour Kalinka - Pechbusque, France - Tous Publics.
Société, Vie pratique : Droit, justice : Criminalité (13)
Adresse : http://perso.club-internet.fr/barde/

. L'Enfance Meurtrie :
L'Enfance Meurtrie est une association qui a pour but la prévention et la gestion des viols et abus
sexuels sur les enfants. Elle a pour mission de réunir les parents des victimes, d'informer les
enfants et d'obtenir des institutions en place la formation des personnels.
Association - L'Enfance Meurtrie - Draguignan, France - Tous Publics.
Adresse : http://www.enfancemeurtrie.org/

. L'inceste :
Une victime d'inceste propose son témoignage, son aide et son soutien aux survivants et victimes
de l'inceste et à leurs proches. retrouvez des informations et des adresses utiles.
Personnel - Isa - Créteil, France - Tous Publics.
Adresse : http://www.inceste.org/

. La Mouette :
Défense et protection de l'enfant, soutien aux familles victimes de disparitions, lutte contre la
pédophilie et la pornographie. Aidez-nous à retrouver Marion, Léo, Tatiana et tous les autres.
Association - La Mouette - Agen, France - Tous Publics.
Adresse : http://www.lamouette.asso.fr

. La protection de l'enfance maltraitée et abusée sexuellement :
Que faire en face de mineurs victimes de maltraitance ou d'abus sexuels? Vous trouvez ici quel-
ques éléments de réponse: les grands textes qui protègent les mineurs, les instances judiciaires
sociales et juridiques, les associations de défense, etc.
Personnel - Valat, Bernard - Gap, France - Tous Publics.
Adresse : http://perso.wanadoo.fr/enfantendanger/

. La résistance civile :
Ce rassemblement de voix de victimes lutte contre la pédocriminalité. Découvrez leurs textes de
reflexion sur la relation entre la criminalité organisée et la pédophilie, et abonnez-vous à leur
périodique électronique gratuit.
Association - La résistance civile - Bruxelles, Belgique - Ados/Adultes.
Adresse : http://ecriture.virtualave.net/

. Le Bouclier :
Le Bouclier est une association qui lutte pour la défense des droits des enfants. Elle agit comme
force de proposition contre les maltraitances, la pédophilie, en initiant des campagnes, des
marches et des pétitions, etc. Vous pouvez également participer à la campagne "pédophiles Stop"
en signalant à l'association les sites internet pédophiles.
Association - Le Bouclier - Saint Julien les Villas, France - Tous Publics.
Adresse : http://www.bouclier.org/

. Une signature pour nos enfants :
Cette mère dont les enfants ont été abusés par un parent pédophile s'insurge contre ce crime et
vous invite à signer une lettre destinée au Garde de Sceaux afin d'infléchir la nouvelle loi sur la
présomption d'innocence.
Personnel - Reffait, Michèle - Muzillac, France - Tous Publics.
Adresse : http://www.multimania.com/kellig

DES INFORMATIONS SUR L'AFFAIRE DUTROUX :

http://www.dignaction.org/Fdutroux.html
http://www.lalibre.be/belga/dutroux/

http://www.bouclier.org/dossier/785.htm
(chronologie de l'affaire)
http://www.investigateur.info/zines/france/textes/17_piste.html
(las pistes françaises de l'affaire)
http://www.lci.fr/news/monde/0,,1849480-VU5WX0lEIDUy,00.html
(l'horreur qui révulsa la Belgique)

 

Ruby Villar-Documet

 
© 2011 Ruby VILLAR-DOCUMET

Psychologue à Paris - Neurothérapeute - Psychothérapeute
Cabinet : 2 Place Malvesin, 92400 Courbevoie (aux portes de Paris)