Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

DEPECHES SPÉCIALISÉES

LE BIOFEEDBACK
Définition et types

Le mot vient de l'anglais feedback qui veut dire « action en retour ou rétroaction ».

Ainsi, « Le biofeedback » est une méthode scientifique, un ensemble de techniques principalement relatives à la bioélectricité pour la mesure de fonctions organiques et des signaux physiologiques d'un sujet conscient, avec des appareils électriques. L'objectif du système : apprendre au sujet à modifier son activité physiologique, en contrôlant les fonctions organiques mesurées, soit volontairement (par exemple, d'après les résultats et pour corriger un stress) ou involontairement (par exemple, après un changement d'état psychologique tel que la survenue d'un stress). Tout ceci dans le but d'améliorer sa santé et ses performances.

Dans un sens plus restreint, Norbert Wiener, Arturo Rosenblueth et Julian Bigelow parlent de feedback pour signifier qu'« un objet est contrôlé par la marge d'erreur qui le sépare à un moment donné de l'objectif qu'il cherche à atteindre »

Des instruments précis mesurent l'activité physiologique telle que le fonctionnement du cœur, la respiration, l'activité musculaire, la température de la peau, les ondes cérébrales . Ces instruments retournent en temps réel, et avec précision, des informations à l'utilisateur. La représentation de ces informations (souvent en relation avec les changements dans les pensées, les émotions et le comportement) montre les modifications physiologiques souhaitées. Au fil du temps, ces modifications pourront être reproduites sans le recours au Biofeedback.

Le biofeedback est également appelé Rétrocontrôle ou rétroaction biologique ou encore biorétroaction. Selon les technologies utilisées pour mesurer l'activité physiologique, on distingue différents types de biofeedbacks :

Caracteristiques électriques :

Caractéristiques électriques du biofeedback

D'autres technologies sont également utilisées pour mesurer l'activité physiologique, mais elles sont encore marginales.