Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

Téléphone : 01 49 05 43 92

PRESENTACIÓN

DIAGNÓSTICO

BIBLIOGRAFÍA

Psychologue clinicienne d'Orientation scientifique

J. Kamiya
B. Sterman
Barbara Brown
J. Lubar
S. Othmer
Thompson
R. Thatcher

Pionniers de la Psychophysiologie Clinique Appliquée : " Le Neurofeedback "

previous arrow
next arrow
 

126. NEUROSCIENCES & PSYCHOLOGIE

Le « langage » et les signaux de l'intestin et du cœur affectent la façon dont nous nous voyons

Résumé : Une étude a révélé que la force de la connexion entre le cerveau et les organes internes est liée à ce qu'une personne ressent à propos de son apparence. Une réponse cérébrale plus faible aux intestins et au cœur est associée à une honte corporelle plus élevée et à des problèmes de poids.

Source: Université Anglia Ruskin

De nouvelles recherches ont découvert que la force de la connexion entre notre cerveau et nos organes internes est liée à ce que nous ressentons à propos de notre apparence.

Réalisée par une équipe de psychologues et de neuroscientifiques de l'Université Anglia Ruskin (ARU), l'étude a révélé que les adultes dont le cerveau est moins efficace pour détecter ces messages internes sont plus susceptibles d'éprouver de la honte corporelle et des préoccupations liées au poids.

Cette recherche pourrait avoir des implications thérapeutiques pour les personnes souffrant d'affections dans lesquelles l'image corporelle joue un rôle important. Par exemple, les signaux inconscients pourraient être rendus conscients. D'autres recherches pourraient même être appliquées à la clinique, car il se peut que les réponses du cerveau aux signaux intestinaux indiquent une prédisposition aux troubles de l'alimentation.

Les participants à l'étude - un groupe d'adultes britanniques en bonne santé - ont d'abord participé à quatre évaluations de l'image corporelle pour mesurer leurs sentiments d'appréciation corporelle, d'appréciation de la fonctionnalité corporelle, de honte corporelle et de préoccupation liée au poids.

Les chercheurs ont ensuite effectué des mesures des signaux internes des participants. Certains des messages du cœur et de l'intestin sont traités à un niveau inconscient et le système nerveux interprète ces signaux pour fournir au cerveau des informations continuellement mises à jour sur l'état interne du corps.

La force de la connexion entre l'intestin et le cerveau a été mesurée en enregistrant l'activité électrique des deux régions en même temps. Les chercheurs ont également mesuré les réponses du cerveau aux battements cardiaques.

Ils ont découvert que des réponses cérébrales plus faibles à l'intestin et au cœur étaient toutes deux significativement associées à des niveaux plus élevés de honte corporelle et de préoccupation liée au poids chez les participants.

L'auteur principal, le Dr Jane Aspell, professeure agrégée de neurosciences cognitives à l'Université Anglia Ruskin (ARU), a déclaré : « Nous ressentons notre corps de l'intérieur et de l'extérieur : nous pouvons être conscients de l'apparence de notre peau et de nos membres, mais aussi nous ressentons ou à quel point notre cœur bat fort pendant l'exercice. Le cerveau traite également en permanence des signaux internes dont nous ne sommes pas conscients.

« Nous avons découvert que lorsque le cerveau réagit moins à ces signaux implicites provenant de l'intérieur du corps, les individus sont plus susceptibles d'avoir des opinions négatives sur leur apparence corporelle externe. Il se peut que lorsque le cerveau a une connexion plus faible avec le corps interne, le cerveau mette davantage l'accent sur le corps externe et que l'apparence devienne donc beaucoup plus importante pour l'auto-évaluation.

L'auteur principal, le Dr Jennifer Todd, chercheuse postdoctorale à l'Université Anglia Ruskin (ARU), a déclaré: «Notre recherche pourrait avoir des implications pour ceux qui ont une image corporelle négative, ce qui peut avoir un impact sérieux sur la vie des gens.

« Les mesures des signaux intestinaux et cardiaques utilisées dans notre étude pourraient potentiellement servir de biomarqueur pour aider à identifier, voire à prédire, une image corporelle négative et les conditions associées, telles que les troubles de l'alimentation. De plus, en entraînant les gens à devenir plus conscients des sensations internes, il pourrait être possible d'amplifier ces signaux inconscients.

126.neurosciences psychologie

L'étude a examiné l'association entre l'image corporelle et le traitement par le cerveau des signaux internes qui se produisent inconsciemment. L'image est dans le domaine public.


« Nous devons comprendre pourquoi certains cerveaux détectent mieux ces signaux internes que d'autres. Nous pensons que cela est en partie dû à des différences dans les connexions neuro-anatomiques entre le cerveau et les organes internes, et ce sera le sujet de futures recherches. »

Pendant ce temps, le Dr Jane Aspell parlera de ses recherches sur le corps et le sens de soi lors d'une conférence au British Science Festival 2021, du 7 au 11 septembre, organisé par la British Science Association à l'Université Anglia Ruskin. La conférence explorera la recherche sur les expériences hors du corps (OBE) et elle partagera des études de cas de patients neurologiques.

Les travaux du Dr Aspell étudient ce qui se passe dans le cerveau pendant une OBE et elle présentera des preuves que ceux-ci sont causés par un fonctionnement anormal dans des parties du cerveau qui traitent et combinent les signaux de notre corps. Cette recherche sur des patients neurologiques met en lumière la façon dont le cerveau sain génère l'expérience de soi et ce qui se passe lorsque cette construction "mal" temporairement.

À propos de cette actualité de la recherche sur la perception corporelle

Auteur : Service de presse

Source : Université Anglia Ruskin

Contact : Service de presse – Université Anglia Ruskin

Image : L'image est dans le domaine public

Recherche originale : Accès fermé.

« Une intéroception implicite plus faible est associée à une image corporelle plus négative : preuve du couplage d'amplitude de la phase alpha gastrique et du potentiel évoqué du rythme cardiaque » par Jennifer Todd, Pasquale Cardellicchio, Viren Swami, Flavia Cardini, Jane E. Aspell. Cortex


Résumé

Une intéroception implicite plus faible est associée à une image corporelle plus négative : preuve du couplage de l'amplitude de la phase alpha gastrique et du potentiel évoqué du rythme cardiaque

L'interoception fait référence au traitement des stimuli corporels internes, tandis que l'image corporelle fait référence aux perceptions, à l'affect et aux cognitions liés à l'apparence. Des recherches antérieures ont montré que l'image corporelle est associée à des indices d'interception autodéclarés et comportementaux.

Ici, nous avons étendu cette recherche en examinant les associations entre les mesures d'image corporelle positive (c.-à-d., appréciation du corps, appréciation de la fonctionnalité) et négative (c. ) et le couplage phase-amplitude gastrique-alpha (PAC), dans un échantillon de 36 adultes.

Des associations négatives significatives ont été identifiées entre les indices d'image corporelle négative et les variables d'interoception. Plus précisément, une amplitude de HEP plus négative et une PAC alpha gastrique plus faible étaient toutes deux associées à une plus grande honte corporelle et à une préoccupation liée au poids. Cependant, aucune association significative n'a été identifiée pour les indices d'image corporelle positive.

Ces résultats étendent les travaux antérieurs en démontrant qu'il existe des associations significatives entre l'image corporelle négative et des composants auparavant inexplorés de l'interoception cardiaque et gastrique. Ceci, à son tour, pourrait avoir d'importantes applications cliniques, telles que le HEP et le PAC alpha gastrique servant tous deux de biomarqueurs de l'image corporelle négative.

Octobre 2021

TEST PSICOLOGICOS

symbole psy final