CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

NEUROSCIENCES : RECHERCHES

 
Clients de Ruby Villar Documet, psychologue Courbevoie et Paris
 

290. AUTISME, NEUROSCIENCES & PSYCHOLOGIE

L’Autisme : décomposer le développement du langage

Résumé : Les chercheurs ont mené une nouvelle étude sur le développement du langage chez les enfants autistes, révélant qu’il ne suit pas un chemin linéaire mais progresse à travers trois étapes distinctes. Cette étude est la plus importante du genre, impliquant plus de 31 000 participants. Il remet en question les points de vue traditionnels en montrant que la compréhension du langage et la capacité d’élocution sont indépendantes chez les enfants autistes, et suggère une nouvelle approche bidimensionnelle pour évaluer les capacités de communication. Cette recherche pourrait transformer les interventions en orthophonie et notre compréhension du développement du langage chez l’autisme.

Faits marquants :

1. L’étude a impliqué plus de 31 000 personnes autistes et a confirmé que la compréhension du langage dans l’autisme se développe en trois étapes distinctes plutôt que linéairement.

2. Les résultats suggèrent que les méthodes traditionnelles d’évaluation de la compréhension de la langue en fonction de la taille du vocabulaire sont inadéquates et peuvent conduire à des objectifs thérapeutiques inefficaces.

3. L’étude souligne l’importance de commencer une thérapie intensive du langage tôt en raison d’une période critique plus courte pour l’acquisition du langage chez les enfants autistes.

Source: Université de Boston

Selon l’Institut national sur la surdité et autres troubles de la communication (NIDCD), le trouble du spectre autistique, ou TSA, peut affecter le développement du langage et la communication des enfants de diverses manières.

 

Alors que certains enfants atteints de TSA peuvent éprouver des difficultés à communiquer verbalement, d’autres présentent un vocabulaire impressionnant et la capacité de parler en détail de sujets spécifiques.

 

290 autisme neurosciences psychologie

La pratique actuelle qui consiste à caractériser la capacité de communication des enfants uniquement en termes de langage (c’est-à-dire verbal, non verbal ou peu verbal) est insuffisante et unilatérale. Crédit : Neuroscience News

 

Une nouvelle étude menée par le Dr Andrey Vyshedskiy, neuroscientifique à l’Université de Boston, examine ces voies uniques de développement du langage chez les enfants autistes.

Publiée dans npj Mental Health Research, cette recherche, qui comprend les données de plus de 31 000 personnes autistes, est la plus complète du genre sur l’acquisition de la compréhension du langage dans l’autisme.

L’étude du Dr Vyshedskiy soutient une idée qu’il avait il y a plus de deux décennies : l’apprentissage du langage pour les personnes autistes ne se fait pas en ligne droite, mais passe par trois étapes différentes.

Dans cette séance de questions-réponses, il discute des principaux points à retenir de la recherche et de ses implications pour les cliniciens, les éducateurs et les soignants.

Pouvez-vous résumer les principaux enseignements de cette étude ?

La croyance intuitive commune est que le développement de la compréhension du langage suit une trajectoire linéaire : les enfants acquièrent une règle grammaticale à la fois.

Sur la base d’une approche neurologique, j’ai prédit il y a plus de 20 ans qu’au lieu d’un développement linéaire, le langage se déploie en trois étapes correspondant à trois mécanismes de compréhension du langage de complexité croissante.

La nouvelle étude portant sur plus de 31 000 personnes autistes, publiée dans la revue npj Mental Health Research, valide cette prédiction.

Les implications de cette découverte sont importantes pour la philosophie, la paléoanthropologie, la linguistique, la médecine clinique et pour l’amélioration des interventions de thérapie du langage chez les enfants autistes.

Quelle était la compréhension traditionnelle de la façon dont les enfants développent le langage, et comment cette recherche remet-elle en question ce point de vue ?

La pratique actuelle qui consiste à caractériser la capacité de communication des enfants uniquement en termes de langage (c’est-à-dire verbal, non verbal ou peu verbal) est insuffisante et unilatérale.

Les nouveaux résultats montrent que les capacités de communication peuvent varier indépendamment des capacités verbales. Par exemple, les enfants non verbaux ayant une compréhension syntaxique complète du langage ont une capacité normale à communiquer bien que non verbalement, tandis que les enfants verbaux dépourvus de compréhension syntaxique du langage n’ont pas une capacité normale à communiquer par quelque moyen que ce soit.

La nouvelle étude démontre que les trois mécanismes de compréhension du langage identifiés sont neurologiquement et cliniquement distincts de la capacité de parole.

Une caractérisation bidimensionnelle combinée du langage, tant au niveau de la compréhension de la langue que du niveau verbal, permettra de mieux identifier la capacité de communication des enfants et d’amener un plus grand nombre d’enfants à atteindre leur plein potentiel linguistique.

Combien de personnes ont participé à cette étude ? Comment l’équipe de recherche a-t-elle recueilli et analysé l’information ?

Il s’agit de la plus grande étude sur l’acquisition de la compréhension du langage chez les enfants autistes. L’étude a porté sur plus de 31 000 personnes.

L’étude a été menée en interrogeant les parents via une application de thérapie du langage populaire parmi les familles ayant des enfants diagnostiqués avec l’autisme et d’autres déficits du langage.

À la lumière des résultats de vos recherches, comment les cliniciens et les éducateurs pourraient-ils adapter leurs approches d’évaluation et d’intervention afin de mieux tenir compte des diverses capacités de communication des enfants autistes ?

La compréhension du langage chez les enfants est généralement évaluée sur la base du vocabulaire. Cette méthode d’évaluation peut fausser grossièrement les progrès réels de l’enfant en matière de compréhension du langage. De plus, cela encourage les thérapeutes à se concentrer sur l’apprentissage du vocabulaire au détriment d’exercices qui construisent une compréhension complète du langage.

La nouvelle étude fournit des preuves pour la création de nouvelles évaluations évaluant les trois mécanismes de compréhension du langage. Ces évaluations sont sur le point d’améliorer les interventions en orthophonie et d’améliorer les résultats pour les personnes ayant des déficits du langage.

Quels conseils donneriez-vous aux parents ou aux soignants en fonction des implications de cette recherche pour comprendre et favoriser le développement du langage chez les enfants autistes ?

Concentrez tous vos efforts sur l’amélioration de la compréhension du langage de votre enfant. Relier les mots est plus important que d’enrichir le vocabulaire.

Vous pouvez trouver des exercices de compréhension du langage dans le livre que j’ai écrit pour les parents : This Way to Language : Four Things to Do at the First Sign of Autism.

À l’avenir, quels sont les domaines de recherche ou de pratique qui, selon vous, méritent d’être explorés davantage pour mieux comprendre et aider les enfants autistes dans leur développement du langage ?

Nos recherches récentes démontrent que la période critique pour l’acquisition du langage est significativement plus courte chez les enfants autistes que chez les enfants typiques. La période critique raccourcie peut être le principal coupable empêchant les enfants autistes d’acquérir un langage complet.

Ces résultats suggèrent que la thérapie intensive du langage doit commencer beaucoup plus tôt chez les enfants soupçonnés de déficits du langage et encouragent la recherche sur la possibilité d’une prolongation pharmacologique de la période critique pour l’acquisition du langage.

 

À propos de cette actualité de la recherche sur le langage et l’autisme

Auteur: Katherine Gianni

Source: Université de Boston

Contact:Katherine Gianni – Université

de Boston Image :L’image est créditée à Neuroscience News

Recherche originale :Libre accès.
"Existe-t-il des niveaux distincts de compréhension du langage chez les personnes autistes – analyse par grappes" par Andrey Vyshedskiy et al. npj Mental Health Research

 

Abstrait

Existe-t-il des niveaux distincts de compréhension du langage chez les personnes autistes – analyse par grappes

L’autisme est un trouble neurodéveloppemental caractérisé par des déficits de communication sociale.

Nous avons évalué les capacités de compréhension de 14 langues chez 31 845 personnes autistes âgées de 4 à 21 ans à l’aide de rapports générés par les parents.

L’analyse par grappes basée sur les données a permis d’identifier trois niveaux distincts de compréhension du langage : (1) les individus du phénotype du langage de commande étaient limités à la compréhension de commandes simples ; (2) les individus du phénotype du langage modificateur ont montré une compréhension supplémentaire des modificateurs de couleur, de taille et de nombre ; 3) les individus dans le phénotype syntaxique-linguistique le plus avancé ont ajouté une compréhension des prépositions spatiales, des temps verbaux, de la syntaxe flexible, des pronoms possessifs et des récits complexes.

L’observation de trois niveaux de langue distincts était cohérente dans les différents groupes d’âge. Le niveau de communication des personnes autistes est actuellement généralement caractérisé comme non verbal, minimalement verbal ou verbal. Cette description unidimensionnelle n’est pas idéale pour caractériser la capacité de communication d’un individu.

En fait, un individu non verbal avec un phénotype syntaxique-langage peut avoir une capacité normale à communiquer bien que non verbalement, tandis qu’une personne verbale avec un phénotype de langage de commande n’a pas une capacité normale à communiquer par quelque moyen que ce soit. L’identification des trois phénotypes distincts de compréhension du langage permet d’améliorer la caractérisation du niveau de communication des individus.

Une description composite en termes de capacités verbales et de niveau de compréhension du langage sera non seulement plus précise, mais peut également améliorer la thérapie du langage en la concentrant sur les deux aspects du développement du langage.

 

Mai 2024

TESTS PSYCHOLOGIQUES

symbole psy final