CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

NEUROSCIENCES : RECHERCHES

 
Clients de Ruby Villar Documet, psychologue Courbevoie et Paris
 

288. NEUROSCIENCES & PSYCHOLOGIE

Emotions : Comment le cerveau régule les émotions

Résumé : Une nouvelle étude permet de mieux comprendre comment le cerveau humain régule les émotions, en faisant la distinction entre la génération d’émotions et la régulation. En analysant les études d’IRMf, les chercheurs ont identifié des régions spécifiques du cerveau, y compris des zones du cortex préfrontal antérieur, qui sont essentielles à la régulation des émotions.Ces résultats pourraient améliorer les traitements de santé mentale en ciblant ces zones du cerveau pour la thérapie ou la stimulation. L’étude explore également l’interaction entre les neurotransmetteurs et la régulation des émotions, suggérant des implications potentielles pour les traitements pharmaceutiques.

Faits marquants :

1. L’étude différencie l’activité cérébrale liée à la génération des émotions et à leur régulation, mettant en évidence le rôle du cortex préfrontal antérieur dans la régulation.

2. Cela suggère que l’activation accrue de régions cérébrales spécifiques pendant la régulation des émotions est liée à la résilience contre les expériences négatives.

3. La recherche indique que les neurotransmetteurs tels que les cannabinoïdes, les opioïdes et la sérotonine jouent un rôle important dans la régulation des émotions, ce qui pourrait influencer les approches thérapeutiques.

Source: Collège de Dartmouth

Avez-vous déjà eu envie de crier pendant une journée particulièrement mauvaise, mais vous avez réussi à ne pas le faire ?

 

Remerciez le cerveau humain et la façon dont il régule les émotions, ce qui peut être essentiel pour naviguer dans la vie quotidienne. Lorsque nous percevons les événements qui se déroulent autour de nous, la capacité d’être flexible et de recadrer une situation a un impact non seulement sur ce que nous ressentons, mais aussi sur notre comportement et notre prise de décision.

En fait, certains des problèmes associés à la santé mentale sont liés à l’incapacité des individus à faire preuve de souplesse, par exemple lorsque des pensées négatives persistantes rendent difficile la perception d’une situation différente.

Pour aider à résoudre ces problèmes, une nouvelle étude dirigée par Dartmouth est l’une des premières du genre à séparer l’activité liée à la génération d’émotions de la régulation des émotions dans le cerveau humain.

Les résultats sont publiés dans Nature Neuroscience.

« En tant qu’ancien ingénieur biomédical, c’était passionnant d’identifier certaines régions du cerveau qui sont purement uniques à la régulation des émotions », explique l’auteur principal Ke Bo, chercheur postdoctoral au Laboratoire de neurosciences cognitives et affectives (CANlab) de Dartmouth.

« Nos résultats fournissent un nouvel aperçu du fonctionnement de la régulation des émotions en identifiant des cibles qui pourraient avoir des applications cliniques. »

Par exemple, les systèmes identifiés par les chercheurs pourraient être de bonnes cibles pour la stimulation cérébrale afin d’améliorer la régulation des émotions.

À l’aide de méthodes informatiques, les chercheurs ont examiné deux ensembles de données indépendants d’études d’IRMf obtenues précédemment par le co-auteur Peter Gianaros de l’Université de Pittsburgh.

L’activité cérébrale des participants a été enregistrée dans un scanner IRMf alors qu’ils regardaient des images susceptibles de susciter une réaction négative, comme une scène sanglante ou des animaux effrayants.

Les participants ont ensuite été invités à recontextualiser le stimulus en générant de nouveaux types de pensées sur une image pour la rendre moins aversive, avant qu’une image neutre ne soit présentée, suivie d’une autre image antipathique.

En examinant l’activité neuronale, les chercheurs ont pu identifier les zones du cerveau qui sont plus actives lorsque les émotions sont régulées que lorsque les émotions sont générées.

La nouvelle étude révèle que la régulation des émotions, également connue en neurosciences sous le nom de « réévaluation », implique des zones particulières du cortex préfrontal antérieur et d’autres hiérarchies corticales de niveau supérieur dont le rôle dans la régulation des émotions n’avait pas été isolé auparavant avec ce niveau de précision.

Ces régions sont impliquées dans d’autres fonctions cognitives de haut niveau et sont importantes pour la pensée abstraite et les représentations à long terme de l’avenir.

Plus les gens sont capables d’activer ces régions du cerveau sélectives pour la régulation des émotions, plus ils sont résilients à l’expérience de quelque chose de négatif sans que cela ne les affecte personnellement.

Ces résultats s’appuient sur d’autres recherches liant ces domaines à une meilleure santé mentale et à la capacité de résister aux tentations et d’éviter la toxicomanie.

Les résultats ont également démontré que l’amygdale, qui est connue comme la région cérébrale liée à la menace responsable des émotions négatives et qui a longtemps été considérée comme un ancien centre de menace sous-corticale, réagit aux expériences aversives de la même manière, que les gens utilisent leurs pensées pour autoréguler à la baisse les émotions négatives ou non.

« C’est vraiment le cortex qui est responsable de la génération des réponses émotionnelles des gens, en changeant la façon dont nous voyons et donnons un sens aux événements dans notre environnement », explique Bo.

Les chercheurs se sont également intéressés à l’identification des substances neurochimiques qui interagissent avec les systèmes de régulation des émotions. Les neurotransmetteurs comme la dopamine et la sérotonine façonnent la façon dont les réseaux de neurones communiquent et sont des cibles pour les drogues illicites et les traitements thérapeutiques. Certains neurotransmetteurs peuvent être importants pour permettre la capacité de s’autoréguler ou de « réguler à la baisse ».

L’équipe a comparé les cartes cérébrales de régulation des émotions des deux ensembles de données aux cartes de liaison aux neurotransmetteurs de 36 autres études. Les systèmes impliqués dans la régulation des émotions négatives se chevauchaient avec des systèmes de neurotransmetteurs particuliers.

« Nos résultats ont montré que les récepteurs des cannabinoïdes, des opioïdes et de la sérotonine, y compris le 5H2A, étaient particulièrement riches dans les zones impliquées dans la régulation des émotions », explique l’auteur principal Tor Wager, professeur émérite Diana L. Taylor en neurosciences et directeur du Dartmouth Brain Imaging Center à Dartmouth.

« Lorsque des médicaments qui se lient à ces récepteurs sont pris, ils affectent préférentiellement le système de régulation des émotions, ce qui soulève des questions sur leur potentiel d’effets à long terme sur notre capacité à nous autoréguler. »

La sérotonine est bien connue pour son rôle dans la dépression, car les antidépresseurs les plus utilisés inhibent sa recapture dans les synapses, qui transmettent des signaux d’un neurone à l’autre.

5H2A est le récepteur de la sérotonine le plus fortement affecté par un autre nouveau type de traitement de la santé mentale : les drogues psychédéliques.

Les résultats de l’étude suggèrent que les effets des drogues sur la dépression et d’autres troubles de santé mentale peuvent agir en partie en modifiant la façon dont nous pensons aux événements de la vie et notre capacité à nous autoréguler. Cela peut aider à expliquer pourquoi les drogues, en particulier les psychédéliques, sont susceptibles d’être inefficaces sans le bon type de soutien psychologique.

L’étude pourrait contribuer à améliorer les approches thérapeutiques en permettant de mieux comprendre pourquoi et comment les approches psychologiques et pharmaceutiques doivent être combinées dans des traitements intégrés.

« Il est important de tenir compte de ces types de liens qui découlent de la science fondamentale », explique M. Wager. « Pour comprendre les effets des drogues, il faut comprendre les systèmes cérébraux impliqués et ce qu’ils font au niveau cognitif. »

 

À propos de cette actualité de l’émotion et de la recherche en neurosciences

Auteur: Amy Olson
Source: Collège de Dartmouth
Personne-ressource : Amy Olson – Dartmouth College
Image :L’image est créditée à Neuroscience News

Recherche originale :Accès fermé.
"Une approche d’identification des systèmes utilisant les facteurs de Bayes pour déconstruire les bases cérébrales de la régulation des émotions" par Tor Wager et al. Nature Neuroscience

 

Abstrait

Une approche d’identification des systèmes utilisant les facteurs de Bayes pour déconstruire les bases cérébrales de la régulation des émotions

La réévaluation cognitive est fondamentale pour les thérapies cognitives et la régulation des émotions au quotidien.

Des analyses utilisant des facteurs bayésiens et une approche d’identification de systèmes axiomatiques ont permis d’identifier quatre composantes liées à la réévaluation englobant des modèles d’activité neuronale distribués dans deux études indépendantes d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ( n = 182 et n = 176) : (1) un système préfrontal antérieur impliqué sélectivement dans la réévaluation cognitive ; (2) un système fronto-pariétal-insulaire engagé à la fois par la réévaluation et la génération d’émotions, démontrant un rôle général dans l’évaluation ; (3) un système largement sous-cortical activé lors de la génération d’émotions négatives mais non affecté par la réévaluation, y compris l’amygdale, l’hypothalamus et le gris périaqueducal ; et (4) un système cortical postérieur de régions liées aux émotions négatives régulées à la baisse par réévaluation.

Ces systèmes covariaient avec des différences individuelles dans le succès de la réévaluation et étaient différentiellement liés aux cartes de liaison des neurotransmetteurs, impliquant les systèmes cannabinoïdes et sérotoninergiques dans la réévaluation.

Ces résultats remettent en question les modèles de réévaluation centrés sur les limbes et fournissent de nouvelles cibles au niveau des systèmes pour évaluer et améliorer la régulation des émotions.

 

Mai 2024

TESTS PSYCHOLOGIQUES

symbole psy final