Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, Paris
Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, Paris

CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

Psychologue clinicienne d'Orientation scientifique

J. Kamiya
B. Sterman
Barbara Brown
J. Lubar
S. Othmer
Thompson
R. Thatcher

Pionniers de la Psychophysiologie Clinique Appliquée : " Le Neurofeedback "

previous arrow
next arrow
Slider
 

49. NEUROSCIENCE.

La Plasticité avec des processus d’apprentissage du cerveau en ligne : Des simulations tactiles répétées sur une longue période de temps peuvent modifier le traitement neuronal dans la zone de la main du cerveau.

 plasticite processus apprentissages


Dans la vie quotidienne, les gens apprennent par la pratique et la répétition, ce qui est possible grâce à un processus cérébral appelé plasticité neuronale. L'image est dans le domaine public.

Résumé: Une simulation tactile administrée à plusieurs reprises sur une période prolongée modifie le traitement neuronal de la zone de la main dans le cerveau. Les changements observables au fil du temps illustrent la neuroplasticité et jettent un éclairage nouveau sur le processus d'apprentissage.

Source: RUB

La stimulation rythmique du bout du doigt pendant une période prolongée améliore considérablement la sensibilité tactile de ce doigt. Une équipe de recherche dirigée par le professeur associé Dr. Hubert Dinse de la Ruhr-Universität Bochum (RUB) a analysé l'impact de ce processus sur le cerveau. En utilisant l'électroencéphalographie (EEG), les scientifiques ont enregistré l'activité neuronale des zones cérébrales associées au traitement tactile. Ils ont pu observer les changements d'activité au fil du temps - illustrant peut-être un processus d'apprentissage. L'équipe a rendu compte de ses découvertes dans Frontiers in Human Neuroscience le 30 juin 2020.

Apprendre par la répétition

Dans la vie quotidienne, les gens apprennent par la pratique et la répétition, ce qui est possible grâce à un processus cérébral appelé plasticité neuronale. Un exemple marquant d'une base cellulaire pour de tels processus de plasticité est appelé potentialisation à long terme, la capacité des neurones à augmenter l'efficacité de la communication avec d'autres neurones auxquels ils sont connectés.

Par analogie avec l'activité neuronale rythmique sous-jacente à la potentialisation à long terme, l'équipe RUB a développé une méthode d'apprentissage basée sur la stimulation. Ainsi, les sens, tels que le sens de la vue ou du toucher, sont stimulés rythmiquement. Un exemple bien étudié de ceci est la stimulation électrique du bout des doigts, qui - si elle est administrée à la bonne fréquence - s'est avérée augmenter la sensibilité tactile du bout du doigt stimulé. Des études montrent que cette stimulation du bout des doigts conduit à des processus de plasticité importants dans le cortex somatosensoriel. Cependant, il n'a pas encore été prouvé si la potentialisation à long terme est le fondement de ces processus.

Deux groupes, deux expériences

Les neuroscientifiques du RUB ont étudié l'apprentissage basé sur la stimulation chez des volontaires avec des enregistrements EEG. Leur objectif était d'évaluer l'activité neuronale ainsi que son développement au cours de ce processus d'apprentissage. À ce titre, ils ont mené deux expériences avec deux groupes de sujets. La première expérience a servi d'étude de contrôle pour confirmer que la méthode de stimulation de l'air administrée à travers une membrane gonflable utilisée dans cette expérience a le même effet positif sur la sensibilité tactile que la méthode établie de stimulation électrique. La version électrique n'a pas pu être utilisée dans ce cas, car elle déforme le signal des enregistrements EEG avec des artefacts électriques.

Dans la deuxième expérience, les volontaires ont reçu la stimulation aérienne indolore susmentionnée sur leur doigt pendant 40 minutes. En même temps, l'activité dans le cortex somatosensoriel des sujets testés a été mesurée avec EEG. Les scientifiques se sont concentrés sur la zone du cerveau associée au traitement sensoriel de la main.

Les cellules nerveuses adaptent leur activité

«En utilisant des mesures électroencéphaliques de l'activité cérébrale, nous avons pu montrer que de grands ensembles cellulaires adaptent leur activité à la fréquence de la stimulation pendant les phases de stimulation active. Cette réaction reste stable pendant 20 minutes, sans aucun signe d'accoutumance, ce qui est très similaire à la potentialisation cellulaire à long terme », explique le Dr Marion Brickwedde, premier auteur de l'étude.

De plus, les scientifiques ont également pu observer comment les réponses neuronales à la stimulation évoluaient au fil du temps. Ils ont découvert que la forme des potentiels liés aux événements, qui représentent le traitement des stimuli dans le cerveau, était en train de changer. La désynchronisation événementielle du rythme alpha, une réponse typique aux stimuli tactiles, a également été réduite après 20 minutes.

«Ces processus peuvent représenter des changements d'excitabilité dans les zones tactiles du cerveau, c'est-à-dire un processus d'apprentissage directement observable. Il n'est pas encore possible de tirer la conclusion définitive que la stimulation des doigts appliquée ici déclenche en fait une potentialisation à long terme dans le cortex sensorimoteur humain. Mais compte tenu des résultats antérieurs qui montrent, par exemple, la dépendance des deux processus sur le même type de récepteur neuronal, l'accumulation de preuves en dit long », explique Marion Brickwedde.

Aout 2020