CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

Psychologue clinicienne d'Orientation scientifique

J. Kamiya
B. Sterman
Barbara Brown
J. Lubar
S. Othmer
Thompson
R. Thatcher

Pionniers de la Psychophysiologie Clinique Appliquée : " Le Neurofeedback "

previous arrow
next arrow
 

185. NEUROSCIENCES & PSYCHOLOGIE

Quand le doute de soi prend le dessus : Le Syndrome de l’imposteur

Résumé : Le syndrome de l’imposteur, ou la crainte que les capacités d’une personne soient exposées comme une « tromperie », peut apparaître indépendamment de l’âge, du sexe ou du niveau d’intelligence.

Source: Université Martin Luther

Les personnes qui se sous-estiment systématiquement et sous-estiment leur propre performance souffrent du phénomène dit de l’imposteur. Ils pensent que tout succès est dû à des circonstances extérieures ou simplement à la chance et au hasard. Ces gens vivent dans la peur constante que leur « tromperie » soit exposée.

 

Dans une nouvelle étude publiée dans Personality and Individual Differences, des psychologues de l’Université Martin Luther de Halle-Wittenberg (MLU) montrent pour la première fois que même dans des conditions réelles, le phénomène apparaît indépendamment de l’âge, du sexe et de l’intelligence.

Jusqu’à présent, elle n’avait fait l’objet d’enquêtes que sur la base d’enquêtes ou de cas individuels.

Il est courant que les gens remettent en question leurs capacités de temps en temps.

« Une bonne quantité de réflexion et de doute de soi peut protéger une personne contre les éruptions cutanées », explique Kay Brauer de l’Institut de psychologie de MLU. Cependant, il y a des gens qui sont en permanence en proie à une quantité massive de doutes sur eux-mêmes malgré une bonne performance, comme obtenir de bonnes notes ou obtenir des commentaires positifs au travail.

Ils pensent que tous leurs succès ne sont pas le produit de leurs compétences ou de leur travail acharné, mais plutôt qu’ils attribuent leurs propres succès à des circonstances extérieures, par exemple à la chance et au hasard, ou croient que leur performance est massivement surestimée par les autres. Les échecs, en revanche, sont toujours intériorisés, en raison de leurs propres lacunes », ajoute Brauer.

Ces personnes souffrent du phénomène dit de l’imposteur.

Ce trait de personnalité n’a jusqu’à présent été étudié que dans des études dites de vignette.

« Ces études déterminent dans quelle mesure les participants sont d’accord avec diverses affirmations théoriques, par exemple qu’ils ont du mal à accepter les éloges ou qu’ils ont peur de ne pas pouvoir répéter ce qu’ils ont accompli », explique Brauer.

Les psychologues de Halle ont examiné le sujet pour la première fois dans des conditions réelles.

Soixante-seize participants ont passé une série de tests d’intelligence et ont reçu des commentaires positifs à leur sujet, quelle que soit leur performance réelle. On leur a ensuite demandé pourquoi ils pensaient qu’ils s’en sortaient si bien.

L’étude a montré deux choses: premièrement, le degré autodéclaré de phénomène d’imposteur n’est pas lié à l’intelligence ou à la performance mesurée réelle. Deuxièmement, le test a soutenu l’hypothèse selon laquelle les personnes ayant une tendance au phénomène de l’imposteur dévaluent leur performance mesurée objectivement et attribuent des résultats positifs à des causes externes telles que la chance et le hasard, mais pas à leurs propres capacités.

« Ces résultats ne sont pas non plus liés à l’âge et au sexe », explique Kay Brauer.

 

185. neurosciences psychologie

Ce trait de personnalité n’a jusqu’à présent été étudié que dans des études dites de vignette. L’image est dans le domaine public

 

Une sous-estimation permanente de ses propres capacités s’accompagne souvent de la crainte que cette prétendue tromperie intellectuelle soit exposée tôt ou tard et que les gens en paient le prix.

Le phénomène de l’imposteur a été décrit pour la première fois en 1978 par les psychologues américaines Pauline Clance et Suzanne Imes. Ils ont observé qu’il y a un nombre particulièrement élevé de femmes qui réussissent et qui ne pensent pas être très intelligentes.

« Le phénomène de l’imposteur n’est pas défini comme une maladie mentale. Cependant, les personnes qui en souffrent montrent une plus grande susceptibilité à la dépression », explique Brauer, qui espère que la nouvelle étude ouvrira la voie à d’éventuelles interventions.

Des programmes de formation personnalisés, par exemple, pourraient aider à améliorer l’estime de soi, la satisfaction au travail et le bien-être général des personnes touchées.

 

À propos de cette nouvelle de recherche en psychologie

Auteur: Service de presse
Source: Université Martin Luther
Contact: Service de presse – Université
Martin Luther Image: L’image est dans le domaine public

Recherche originale : Libre accès.
" Le phénomène de l’imposteur et les attributions causales de la rétroaction positive sur les tests d’intelligence « par Kay Brauer et al. Personnalité et différences individuelles

 

Abstrait

Le phénomène de l’imposteur et les attributions causales de la rétroaction positive sur les tests d’intelligence

Le phénomène de l’imposteur (IP) est caractérisé par un style d’attribution externe-instable-spécifique (c’est-à-dire que les imposteurs perçoivent la performance réussie comme due au hasard).

À notre connaissance, aucune étude n’a encore testé cette notion dans des situations réelles. Par conséquent, nous avons invité 76 participants à effectuer des tâches d’intelligence numérique et verbale informatisées, leur avons donné une rétroaction positive, indépendamment de leur performance réelle, et évalué leurs attributions de la rétroaction positive sur la performance.

Alors que la PI autodéclarée n’était pas liée à l’intelligence mesurée psychométriquement (rs ≤ 0,07), ceux qui étaient élevés dans la PI ont écarté leur performance et attribué la cause de leur performance comme étant externe-instable-spécifique (r = 0,40). Les résultats sont valables lors du contrôle de l’âge, du sexe et des performances réelles.

Notre étude étend les connaissances sur les associations entre la PI et les attributions causales de performance. Nous discutons de la façon dont l’adressage des styles d’attribution pourrait bénéficier aux interventions pour la PI.

 

Juillet 2022