Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, Paris
Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute, Paris

CONSULTER UN PSYCHOLOGUE PRESENTATION

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

Psychologue clinicienne d'Orientation scientifique

J. Kamiya
B. Sterman
Barbara Brown
J. Lubar
S. Othmer
Thompson
R. Thatcher

Pionniers de la Psychophysiologie Clinique Appliquée : " Le Neurofeedback "

previous arrow
next arrow
 

108. NEUROSCIENCES & PSYCHOLOGIE.

Un réseau cérébral fonctionnel prédit les vrais réseaux sociaux de deux personnes atteintes de schizophrénie et d'anhédonie sociale

Résumé : Les patients atteints de schizophrénie, mais pas ceux atteints d'anhédonie sociale, présentaient des déficits de la taille du réseau social dans la vie réelle. Les personnes atteintes de schizophrénie et celles atteintes d'anhédonie sociale avaient des inversions de connectivité fonctionnelle les unes avec les autres. Les personnes atteintes de schizophrénie présentaient une diminution de la ségrégation et de la connectivité fonctionnelle dans les zones cérébrales associées aux comportements sociaux, tandis que celles souffrant d'anhédonie sociale présentaient une augmentation de la connectivité et de la ségrégation.

Source: Académie chinoise des sciences

La schizophrénie est un trouble cérébral et neurodéveloppemental. Les études antérieures sur la schizophrénie se sont principalement concentrées sur l'identification de sous-réseaux associés à des cognitions sociales telles que la mentalisation de l'intention des personnes et la compréhension de leurs émotions. Cependant, peu d'études ont examiné le réseau cérébral social et son rôle dans la formation

D'autre part, les personnes atteintes d'anhédonie sociale, c'est-à-dire une capacité réduite à éprouver du plaisir dans la vie sociale, ont également signalé une altération de la connectivité fonctionnelle du cerveau et un dysfonctionnement social.

Il y a un grand manque de connaissances pour comprendre le réseau cérébral social chez ces individus. L'étude du réseau cérébral social est instructive pour nous permettre de comprendre le dysfonctionnement social dans les troubles du spectre de la schizophrénie.

Récemment, l'équipe du Dr Raymond Chan de l'Institut de psychologie de l'Académie chinoise des sciences et ses collaborateurs ont spécifiquement examiné la corrélation neuronale du réseau social cérébral et de la taille réelle du réseau social chez les patients atteints de schizophrénie et les personnes atteintes d'anhédonie sociale.

Ils ont d'abord construit un réseau cérébral social basé sur des régions d'intérêt identifiées à partir de la base de données en libre accès, le NeuroSynth, pour créer le modèle d'analyse. Ils ont ensuite recruté des échantillons indépendants comprenant 30 patients atteints de schizophrénie et 28 témoins sains, et 33 individus atteints d'anhédonie sociale et 32 témoins sains pour entreprendre les scintigraphies cérébrales fonctionnelles à l'état de repos. Tous ont également rempli un ensemble de listes de contrôle pour mesurer la taille réelle du réseau social.

Leurs résultats ont montré que seuls les patients atteints de schizophrénie, mais pas les personnes atteintes d'anhédonie sociale, présentaient des déficits dans la taille de leur réseau social réel. Au niveau neural, les patients atteints de schizophrénie et les personnes atteintes d'anhédonie sociale ont montré un schéma inverse de connectivité fonctionnelle.

En particulier, les patients atteints de schizophrénie présentaient une ségrégation et une connectivité fonctionnelle réduites dans leur réseau cérébral social, tandis que les personnes atteintes d'anhédonie sociale présentaient une ségrégation et une connectivité fonctionnelle accrues de leur réseau cérébral social.
De plus, une analyse de corrélation canonique clairsemée a indiqué que les patients atteints de schizophrénie et les personnes atteintes d'anhédonie sociale présentaient une corrélation réduite entre le réseau cérébral social et les caractéristiques réelles de la taille du réseau social par rapport à leurs témoins sains correspondants.

Dans l'ensemble, l'étude montre des résultats spécifiques sur la corrélation neuronale du réseau social cérébral et de la taille réelle du réseau social chez les patients atteints de schizophrénie et les personnes atteintes d'anhédonie sociale.

108.neurosciences psychologie

Leurs résultats ont montré que seuls les patients atteints de schizophrénie, mais pas les personnes atteintes d'anhédonie sociale, présentaient des déficits dans la taille de leur réseau social réel. L'image est dans le domaine public


En particulier, les patients atteints de schizophrénie établie et les personnes présentant des caractéristiques subcliniques telles que l'anhédonie sociale présentent une altération de la ségrégation et de la connectivité fonctionnelle au sein du réseau cérébral social général et une corrélation diminuée avec les caractéristiques de la taille du réseau social dans la vie réelle.

L'équipe du Dr Chan entreprend actuellement une série d'études pour examiner plus en détail la fonction prédictive de ces réseaux cérébraux sociaux modifiés dans la vie réelle chez les patients atteints de schizophrénie. Leurs résultats peuvent avoir une implication importante pour guider le développement d'interventions non pharmacologiques pour les déficits des fonctions sociales chez les patients atteints de troubles du spectre de la schizophrénie.

Financement : Cette étude a été financée par le Programme national de recherche et de développement clés, la subvention de la Commission municipale des sciences et de la technologie de Pékin, le projet de formation de Pékin pour les principaux talents en science et technologie et le laboratoire clé CAS de santé mentale de l'Institut de psychologie.



À propos de cette nouvelle de la recherche sur la schizophrénie

Source : Académie chinoise des sciences

Contact : ZHANG Nannan – Académie chinoise des sciences

Image : L'image est dans le domaine public

Recherche originale : Accès fermé.

« Le réseau social cérébral est en corrélation avec le réseau social réel chez les personnes atteintes de schizophrénie et d'anhédonie sociale » par Raymond Chan et al.



Recherche sur la schizophrénie

Le réseau social cérébral est en corrélation avec le réseau social réel chez les personnes atteintes de schizophrénie et d'anhédonie sociale
Le comportement social nécessite que le cerveau intègre efficacement de multiples processus sociaux, mais on ne sait pas quels substrats neuronaux sous-tendent le comportement social général. Alors que les patients atteints de psychose et les individus présentant des symptômes subcliniques sont caractérisés par un dysfonctionnement social, les mécanismes neuronaux sous-jacents aux dysfonctionnements sociaux dans les troubles du spectre de la schizophrénie restent flous.
Nous avons d'abord construit un réseau cérébral social général (SBN) en utilisant la connectivité fonctionnelle à l'état de repos (FC) avec des régions d'intérêt basées sur les résultats de la méta-analyse automatique de NeuroSynth. Nous avons ensuite examiné le SBN général et sa relation avec les caractéristiques du réseau social (SN) chez 30 personnes atteintes de schizophrénie (SCZ) et 33 personnes atteintes d'anhédonie sociale (SA).
Nous avons constaté que les patients atteints de SCZ présentaient des déficits dans leur SN, contrairement aux individus SA. Les patients SCZ ont montré une diminution de la ségrégation et de la connectivité fonctionnelle dans leur SBN, tandis que les individus SA ont montré un schéma inversé avec une ségrégation et une connectivité fonctionnelle accrues de leur SBN. Une analyse de corrélation canonique clairsemée a montré que les patients SCZ et les individus SA présentaient une corrélation réduite entre les caractéristiques SBN et SN par rapport à leurs groupes témoins sains correspondants.
Ces résultats préliminaires suggèrent que les participants SCZ et SA présentent une anomalie dans la ségrégation et la connectivité fonctionnelle au sein du SBN général et une corrélation réduite avec les caractéristiques du SN.
Ces résultats pourraient guider le développement d'interventions non pharmacologiques pour le dysfonctionnement social dans les troubles du spectre SCZ.