Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
www.rvd-psychologue.com

BIBLIOGRAPHIE

Inscription à la Newsletter

 

DEPECHES SPÉCIALISÉES

LA NEUROPSYCHOLOGIE

La Neuropsychologie

La neuropsychologie est une discipline scientifique qui étudie le fonctionnement de notre cerveau en mesurant différents aspects de notre fonctionnement intellectuel et cognitif, incluant:

  • la pensée (raisonnement intellectuel verbal et non verbal, abstraction, capacité analytique, synthèse, conceptualisation, etc.)
  • la mémoire à long terme et à court terme
  • l'attention
  • le langage (incluant la parole, la lecture et l'écriture)
  • la gestion de l'information (par ex., planification, organisation, vitesse de traitement)
  • la perception
  • la motricité

En d'autres mots, la neuropsychologie tente de comprendre de quelle manière notre cerveau affecte notre façon de pensée, notre façon d'agir et nos comportements.

La neuropsychologie contemporaine vise deux grands objectifs : d'une part, comprendre les bases neurologiques du comportement de l'homme sur le plan cognitif et affectif ; d'autre part, contribuer à la prévention et au traitement des troubles de l'activité mentale. Comme les autres domaines des neurosciences, la neuropsychologie évolue rapidement. Après s'être attachée pendant des années à une description approfondie des syndromes cliniques et à relier les signes cliniques aux lésions anatomiques, elle est entrée, grâce au progrès des neurosciences, dans une phase qui ouvre la voie à des applications cliniques.

La neuropsychologie contemporaine vise deux grands objectifs : d'une part, comprendre les bases neurologiques du comportement de l'homme sur le plan cognitif et affectif ; d'autre part, contribuer à la prévention et au traitement des troubles de l'activité mentale. Comme les autres domaines de la neurologie, la neuropsychologie évolue rapidement. Après s'être attachée pendant des années à une description approfondie des syndromes cliniques et à relier les signes cliniques aux lésions anatomiques, elle est entrée, grâce au progrès de la neurobiologie, dans une phase qui ouvre la voie à des applications cliniques.

La neuropsychologie clinique

La neuropsychologie clinique tire profit des connaissances scientifiques pour développer des outils qui permettent de déterminer de façon plus précise la cause de certaines dysfonctions qui affectent la pensée et le comportement (troubles de la mémoire, de l'attention, de la parole, de la motricité, de la gestion mentale, de l'apprentissage, etc.).

Le neuropsychologue exerce donc, en grande majorité, à l'hôpital, dans un service de neurologie. Il sera amené à voir des patients souffrant de maladies neurodégénératives ou dedémence dégénérative (maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson, démence frontotemporale, paralysie supranucléaire progressive, démence à corps de Lewy, démence cortico-basale, sclérose en plaques...), ayant subi des lésions focales suite par exemple à un accident vasculaire cérébral (démence vasculaire, aphasies...), ayant des troubles moins francs consécutifs à un traumatisme crânien (syndrome frontal), ayant des troubles divers et plus ou moins importants pendant et après une tumeur cérébrale (qui dépendent de la localisation et de l'étendue de la tumeur). Plus rarement, il sera amené à voir des patients ayant des maladies génétiques rares (syndrome du gaucher, gangliosidose...), des maladies métaboliques, ou encore des maladies sexuellement transmissibles comme le SIDA, qui présentent un syndrome neurologique important lors des derniers stades de la maladie. Il verra également des patients souffrant de troubles psychiatriques ou psychopathologiques ressemblant fortement à des affections neurologiques ; son rôle sera alors de différencier les deux, et de réorienter le patient vers un service de psychiatrie le cas échéant.

L'évaluation neuropsychologique

En pratique, le neuropsychologue récolte et analyse des informations sur le développement social, affectif et intellectuel de l'individu ainsi que sur son cheminement scolaire. Par la suite, à l'aide d'une évaluation complète, le neuropsychologue clinicien identifie les forces et les faiblesses de l'individu ainsi que son style cognitif (son style d'apprentissage). De cette façon, l'évaluation neuropsychologique permet d'identifier la nature ou la cause des difficultés que l'individu rencontre lors des activités de la vie quotidienne et domestique (à l'école, au travail et lors des loisirs, etc.). Les troubles ou syndromes d'origine neuropsychologique incluent :

  • troubles de l'apprentissage
  • dyslexie (alexie)
  • dysorthographie
  • dysphasie
  • dyspraxie (apraxie)
  • déficit d'attention (avec ou sans hyperactivité)
  • dyscalculie
  • troubles de la mémoire
  • syndrome dysexécutif
  • syndrome des dysfonctions non verbales
  • asperger
  • autisme
  • syndrome de la Tourette
  • syndrome chromosomal (Kleinfelter, Turner)

Les dysfonctions neuropsychologiques proviennent principalement de trois origines :

  1. développementale: anomalies neurologiques qui sont souvent d'origine héréditaire et qui sont responsables pour une grande partie des troubles de l'apprentissage,
  2. acquise: c'est-à-dire, qui surviennent lors,
    1. d'un accident qui implique la tête,
    2. d'une infection,
    3. d'une tumeur cérébrale ou
    4. de l'épilepsie.
  3. dégénérative: par exemple, la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson

L'évaluation neuropsychologique permet donc:

  • aux parents d'enfants qui sont aux prises avec des difficultés scolaires
  1. de mieux comprendre la nature des difficultés de leurs enfants, et par conséquent, de mieux comprendre et respecter les limites de leur enfant,
  2. d'avoir les connaissances nécessaires afin d'aller chercher les ressources requises (et aussi de prendre connaissance des différentes ressources),
  3. d'avoir les connaissances nécessaires afin de faire valoir les droits de l'enfant qui est aux prises avec un trouble de l'apprentissage.
  • aux adultes qui sont aux prises avec un trouble de nature neuropsychologique
  1. d'avoir une meilleure compréhension d'eux-mêmes, et ceci non seulement sur les plans neuropsychologique (leurs forces et leurs faiblesses cognitives), mais aussi, par ricochet sur le plan affectif et psychologique,
  2. d'avoir un encadrement adapté pour leur retour aux études (prendre connaissance des différentes ressources disponibles),
  3. d'identifier un milieu de travail qui serait plus adapté à leurs besoins, ainsi qu'à leurs forces et faiblesses.
  • aux intervenants (psychologues, orthopédagogues, orthophonistes, ergothérapeutes, enseignants, éducateurs spécialisés, etc.)
  1. d'identifier l'environnement qui serait le plus propice aux apprentissages de l'individu (orienter l'approche pédagogique),
  2. d'établir un plan d'intervention adapté aux besoins de l'individu (ses forces et ses faiblesses),
  3. de fournir les accommodations nécessaires afin de maximiser les apprentissages, le rendement et le bien-être de l'individu.

Moyens d'investigation

Les tests neuropsychologiques constituent le premier outil des neuropsychologues, qu'ils soient cliniciens ou chercheurs. Il s'agit de mesurer, à l'aide de tests standardisés et normalisés, les capacités mnésiques, langagières, praxiques, gnosiques... d'un patient et de le comparer, éventuellement, à celles d'un sujet sain (ou d'un groupe de sujets sains).

Ses moyens d'investigation sont divers, mais l'imagerie cérébrale (IRM, TEP, EEG, MEG...) constitue un outil désormais incontournable dans la recherche actuelle. De fait, la neuropsychologie contemporaine s'intègre donc dans le courant des neurosciences cognitives.

Les tests neuropsychologiques constituent le premier moyen d'investigation du neuropsychologue. Une impressionnante quantité de tests existe pour permettre l'évaluation neuropsychologique chez un patient. Ces tests visent à explorer les capacités cognitives d'un individu de la manière la plus large et la plus précise qui soit, ceci afin d'identifier précisément son état, pathologique ou non.

L'observation clinique est également au centre de l'investigation. Le neuropsychologue est un clinicien, il ne se contente pas d'analyser les résultats du patient au tests éffectués, mais peut juger le comportement de ce dernier, en étant apte à apprécier une sémiologie plus ou moins flagrante lors de l'entretien neuropsychologique.

Le discours des proches, de la famille notamment, permet de dater plus précisément l'apparition des troubles et de juger de manière plus objective de l'impact de ceux-ci dans la vie quotidienne du patient.

L'imagerie cérébrale permet d'orienter ou de confirmer les hypothèses neuropsychologiques en localisant le siège d'une tumeur, d'une lésion, d'une dégénérescence cérébrale (IRM), d'une anomalie du débit sanguin cérébral (IRMf, ou du métabolisme cérébral (TEP), en confirmant une hypothèse épileptique (EEG, MEG)...

Prolongeant l'investigation et la pose du diagnostic, le neuropsychologue est au centre des procédures de réhabilitation (ou remédiation) basées sur l'entraînement cognitif. Divers programmes d'entraînement cognitif ciblant des maladies neurodégénératives (maladie d'Alzheimer notamment) sont en cours d'évaluation « clinique ». Certaines évaluations sont d'ores et déjà disponibles pour le vieillissement normal.

 

 Personnalités scientifiques de la neuropsychologie

Jean-Baptiste Bouillaud - Paul Broca - Antonio Damasio - Marc Dax - Michael Gazzaniga

Sergueï Sergueïevitch Korsakoff - Alexandre Louria - Brenda Milner

Vilayanur S. Ramachandran - Elizabeth Warrington - Carl Wernicke - Francine Lussier

Maryse Lassonde