Ruby Villar-Documet - Psychologue clinicienne, Psychothérapeute
Español (spanish formal Internacional)French (Fr)
THERAPIES
BIBLIOGRAPHIE
DEPECHES DE PRESSE
Precédent suivant
Inscription aux NewsLetters
Ruby Villar-Documet : Psychologue clinicienne et psychothérapeute

36. PSYCHOLOGIE

Le baiser, meilleure façon d'évaluer son partenaire

NOUVELOBS.COM | 14.02.2009 | 10:54

S'embrasser libère des substances chimiques qui abaissent le niveau des hormones liées au stress et accroît celles influençant le désir de former un couple.

Selon des travaux présentés lors de la conférence annuelle de l'Association américaine pour la promotion de la science (AAAS) à Chicago (Illinois, nord) vendredi 13 février, embrasser non seulement détendrait et rendrait plus attachant mais serait également un moyen important d'évaluer des partenaires en vue de se reproduire par le biais de processus chimiques et biologiques clés dans le cerveau.

En effet, s'embrasser libère des substances chimiques qui abaissent le niveau des hormones liées au stress et accroît celles influençant le désir de former un couple, a expliqué Wendy Hill, professeur de neurosciences au Lafayette College à Easton en Pennsylvanie (est).
Cette scientifique américaine a analysé la salive et le sang de couples d'étudiants hétérosexuels après qu'ils se soient embrassés pendant quinze minutes tout en écoutant de la musique.

Bouche ouverte synonyme de désir sexuel

L'analyse a montré d'importants changements dans les niveaux d'ocytocine, une hormone maternelle qui agit sur la formation des couples, ainsi que dans la teneur de cortisol, une hormone liée au stress, par rapport aux moments précédant les baisers, a souligné Wendy Hill. Elle présentait ses travaux à la conférence annuelle de l'AAAS qui se tient depuis jeudi à Chicago.

Pour Ellen Fisher, professeur d'anthropologie à l'Université Rutger (New Jersey) l'acte d'embrasser a probablement évolué afin de stimuler les trois systèmes cérébraux jouant un rôle majeur dans l'accouplement et la reproduction de l'homo-sapiens.

"Nous avons de nombreux indices montrant que la salive contient des testostérones et le fait que les hommes préfèrent embrasser avec une bouche très ouverte laisse penser qu'ils essaient inconsciemment de transférer cette hormone mâle à la femme pour déclencher son désir sexuel", a relevé Ellen Fisher, une des grandes spécialistes aux Etats-Unis en biologie de l'amour et de l'attraction.

"Prélude à la copulation"

"Les hommes tendent à voir l'acte d'embrasser comme un prélude à la copulation", précise Elle Fischer. Selon elle, "embrasser est aussi un mécanisme d'évaluation d'un partenaire".
Citant des recherches en cours, elle a jugé que le fait d'embrasser "allait probablement révéler toute une mécanique (biologique et culturelle) agissant dans la recherche d'un partenaire idéal". Elle a noté que plus de 90% de l'humanité pratiquait l'acte d'embrasser tout comme d'autres mammifères tels les chimpanzés ou les renards qui se lèchent le museau.
Le naturaliste britannique Charles Darwin pensait que s'embrasser était un instinct naturel, poursuit Helen Fisher. Cet acte, ajoute-t-elle, a évolué en un mécanisme biologique capable de stimuler les trois systèmes cérébraux responsables de l'accouplement et de la reproduction.

NOUVELOBS.COM | 14.02.2009

 
 
© 2011 Ruby VILLAR-DOCUMET

Psychologue - clinicienne d'orientation scientifique - Psychothérapeute
Cabinet : 2 Place Malvesin, 92400 Courbevoie (aux portes de Paris)